Familles, je vous aime

Familles, je vous aime

Après avoir exploré le groupe dans ses précédentes créations, Mehdi Kerkouche poursuit dans cette voie, en se focalisant sur la famille. Il en dresse un Portrait qu’il présentera à Cannes, le 30 mars prochain.

Ce pourrait être un jour de fête ou un dimanche d’anniversaire… Neuf danseurs sont réunis pour partager une tranche de vie sous la conduite de Mehdi Kerkouche qui croque ainsi un réjouissant Portrait de famille. Les liens du sang sont ici remplacés par les liens du mouvement. Comme une famille qui révèle une mosaïque de tempéraments, le chorégraphe a choisi des interprètes venus d’horizons divers. Il saisit ainsi la richesse des techniques qui se nourrissent et fusionnent pour permettre à la danse de devenir un langage accessible à tous. Amy Swanson, danseuse classique d’origine américaine installée en France depuis les années 90, incarne la figure maternelle, élément central protecteur dont il faut s’affranchir pour laisser libre cours à ses envies et libérer sa propre identité.

Comment se construire au cœur d’une structure familiale qui impose ses règles internes ? Mehdi Kerkouche questionne la notion de collectif qui est au cœur de sa recherche ces dernières années : tout d’abord avec Dabkeh, première création avec sa Cie EMKA, puis avec Et si, imaginé pour le Ballet de l’Opéra de Paris. La danse se doit de rassembler. C’est d’ailleurs ce qu’il est parvenu à réaliser en plein confinement en créant un clip, On danse chez vous, réunissant à distance les danseurs de sa compagnie isolés chez eux. Grâce à un montage astucieux, la vidéo a connu un joli succès viral et contribué à asseoir sa réputation.

Mehdi Kerkouche ne cache pas qu’une partie de son apprentissage s’est fait au travers des clips vidéo qu’il regardait à outrance dans l’adolescence, détaillant et découpant chaque geste. Cette approche lui permet de créer une danse en accord avec les attentes du public. Si la gestuelle d’ensemble est animée d’une belle énergie, elle laisse aussi la place à des moments plus doux. Par son parcours atypique et la sincérité de son  propos, le chorégraphe a non seulement conquis le public, mais il a également décroché la direction du Centre chorégraphique national de Créteil et du Val-de-Marne. Une nouvelle famille qui va lui permettre de défendre sa vision de la danse comme langage universel pour tous.

30 mars, Palais des Festivals – Théâtre Debussy, Cannes. Rens: palaisdesfestivals.com

photo : CCN CRETEIL x EMKA – Portrait © Julien Benhamou