Ni bête, ni méchant

Ni bête, ni méchant

Tout ça pour ça“, c’est la Une du dernier Charlie Hebdo, et ça pourrait résumer le synopsis de la BD Zaï zaï zaï zaï de Fabcaro, aujourd’hui adapté au théâtre du côté de Mougins.

Alors que le procès des complices de l’attentat contre Charlie Hebdo vient de s’ouvrir et qu’on est bien partis pour se reprendre une belle période anxiogène à base de débats sur la sécurité ou l’interdiction du droit au blasphème, il est sain de se marrer un bon coup sur le sujet. Après les attentats de janvier 2015, la BD de Fabcaro s’était déjà attelée avec brio à la tâche.

Zaï zaï zaï zaï, c’est l’histoire d’un auteur de BD qui réalise à son passage en caisse au supermarché qu’il n’a pas sa carte de fidélité. Logiquement il se fend d’un délit de fuite et se retrouve ennemi public numéro 1, coursé à travers l’Hexagone tel un dahu dans un stage UCPA. Les débats enflammés dans la société sur son cas sont surtout l’occasion d’ironiser sur le traitement médiatique, sociétal et politique de l’affaire. C’est drôle, c’est acide et c’est surtout brillant.

Fort d’un succès mérité, Zaï zaï zaï zaï a déjà été adapté à la radio avec Blanche Gardin (si ça, c’est pas la classe) et plusieurs fois au théâtre. Désormais, c’est Maïa Sandoz à la baguette et produit par le Théâtre de l’Argument que Zaï zaï zaï zaï revient en force en octobre à la Scène 55 de Mougins, avant de faire un tour du côté d’Anthea en décembre. Des thèmes toujours d’actualité et l’occasion de voir un road-movie satirique en direct sur les planches, ça mérite bien de se placer en état d’urgence.

6 oct 20h30, Scène 55, Mougins. Rens: scene55.fr / 11 & 12 dec 20h30, Anthea, Antibes. Rens: anthea-antibes.fr
(photo : © François Goize)