La nuit je mens

La nuit je mens

À Châteauvallon, la tradition orale a du bon. Et l’éternelle histoire du Petit chaperon rouge s’ancre dans notre actualité grâce à une mise en scène et des partis-pris créatifs novateurs. À (re)découvrir.

Revisiter un conte ancestral comme Le Petit Chaperon rouge l’inscrit pour les nuits à venir. C’est là tout le travail de la metteuse en scène Édith Amsellem et de sa Cie ERd’O, dans la création J’ai peur quand la nuit tombe. Si le spectacle se veut destiné à tous, dès 14 ans, il n’en est pas moins très particulier, avec sa mise en perspective et son inscription dans notre réalité présente, avec ses propres apprentissages, espoirs, craintes et dangers. Dans cette aventure,
il y a un fil rouge, au propre comme au figuré, et donc une “experte tricot”, en plus de la costumière. On y trouve bien sûr, des Chaperons, une grand-mère, mais aussi une mère, et l’incontournable homme-loup prédateur qui catalyse toutes les peurs.

Durant 2 heures, cette oeuvre inspirée de versions méconnues du Petit Chaperon Rouge, donc très personnelle, alterne moments joyeux, danses et ambiance de thriller. Il s’agit d’une “installation théâtrale, plastique et sonore, pour parcs et jardins publics à la tombée de la nuit“. Ça tombe bien, Châteauvallon s’épanouit sur 8 hectares de pinède majestueuse. Et la pluridisciplinarité de genres et de formes étant au coeur du projet, ce Chaperon rouge-là y trouve un écrin naturel. Courez-y avec un loup*, mais sur votre masque !

25 & 26 sep 20h, Châteauvallon, Ollioules. Rens : chateauvallon-liberte.fr
*demi-masque du 18e siècle
(photo : J’ai peur quand la nuit sombre © Antoine Icard)