Un monde à l’écran

Un monde à l’écran

C’est la promesse du 17e Festival du Film Panafricain de Cannes, qui se déroule du 23 au 28 octobre prochain !

Il faut savoir reconnaitre ses limites, assumer d’avoir peu de connaissances quand on en vient à parler de certains sujets, et je me dois d’avouer qu’en ce qui concerne le cinéma panafricain mon savoir est limité. Ce n’est pas seulement qu’une question de curiosité, il est surtout question ici de diffusion et de promotion. Voilà donc ce que le Festival International du Film Panafricain (FIFP) de Cannes s’attelle à faire : promouvoir ce cinéma méconnu, mais non sans qualités. Du 23 au 28 octobre, le FIFP présentera plus de 60 films issus des cinq continents répartis en deux catégories : fiction et documentaire. Fait notable, les deux jurys sont exclusivement composés de personnalités féminines, au rang desquelles l’on trouve Céline Major (productrice/scénariste), présidente du jury documentaire, et Caroline Pochon (Réalisatrice/scénariste/écrivain), présidence du jury fiction.

Divers courants fictionnels et documentaires sont représentés : du court métrage Baltringue, réalisé par Josza Anjembe, traitant de l’univers carcéral, de l’homosexualité, ainsi que la difficulté de vivre cela en un univers viriliste, à Divine 419 de Johannes Krug, dont l’histoire s’articule autour d’un orphelin rêvant d’être acteur et dont les échecs successifs l’amèneront à se tourner vers la religion ’une façon singulière, en passant par Farewell Regent de Christene Browne. Long métrage documentaire, il s’attache à consigner sur bande la communauté de Regent Park dans le centre-ville de Toronto, lieu au sein duquel se produit le plus grand projet de redéveloppement de logements en Amérique du Nord, transition dont l’objectif est de passer d’un parc de logements sociaux à une communauté mixte en revenus. Un documentaire plaçant le logement en tant que droit de l’homme !

Les sujets sont donc variés, mais de société. Ancrés dans le présent, ils soulèvent et auscultent le monde et ses problématiques… Le FIFP invite à nous ouvrir sur un continent dont la production culturelle s’exporte peu en Europe, mais dont le vivier de talents — acteurs, scénaristes, réalisateurs, auteurs — est vivant et bien présent, et ne demande qu’à être découvert et partagé.

ONCE UPON A PUNK
Notre gros coup de coeur pour ce FIFP 2020 revient au film de Dominique Caubet, intitulé Dima Punk.
Je voulais donner la parole à cette jeunesse des quartiers populaires de Casablanca qui a fait le choix d’une affirmation de soi, d’une rébellion face à l’ordre établi.” Le film raconte l’histoire du jeune Stof que la réalisatrice a suivi de l’âge de 17 à 26 ans, à travers les quartiers populaires de Casablanca. Dima Punk (Punk toujours) raconte la difficulté de rester Punk au Maroc. Entre ironie et autodérision, Stof nous guide dans son univers décalé : des concerts punks à l’ennui de sa vie quotidienne en passant par ses retrouvailles avec des amis perdus de vue. De l’insouciance de la jeunesse aux moments plus noirs de la solitude, Stof poursuit son appel à la liberté avec fierté et dignité. Il finit par payer son indépendance au prix fort quand il se retrouve arrêté… “Dresser sa crête envers et contre tous avec fierté, faire face aux quolibets avec dignité, devient alors le symbole de sa résistance aux pressions de la société“, estime Dominique Caubet. Alors, punk un jour, punk toujours ?

23 au 28 oct, Espace Miramar, Cannes. Rens: fifp.fr

Tags: