Seize printemps

Seize printemps

Le re-confinement est arrivé avec Adieu les cons le film d’Albert Dupontel. Fable burlesque satirique sur notre monde où l’amour et le romantisme faisaient irruption comme des bouées d’oxygène pour les spectateurs pris dans un tourbillon d’humour noir décapant tout sur son passage. On s’étonnait alors de verser une larme brusquement entre deux scènes complètement folles. Dupontel maitrisait son sujet à la perfection.  Le confinement des salles va peut-être se terminer avec la sortie de Seize printemps de Suzanne Lindon, où elle interprète aussi le rôle principal.

Ce serait de bel augure pour la reprise de la vie “presque” normale que célébrer ce moment avec ce film plein de fraîcheur et de jeunesse. Seize printemps, c’est l’histoire de Suzanne, lycéenne de seize ans qui va vivre une histoire d’amour platonique avec Raphaël, la trentaine et acteur dans le théâtre devant lequel elle passe tous les jours. Ils se croisent et s’observent, se remarquent puis vont finir par se parler, prendre des petits déjeuners ensemble, partager leurs humeurs, leurs envies et quelques pas de danse. Ils savent que la différence d’âge les empêchera d’aller plus loin, mais cette relation leur fait du bien pendant ce temps à eux. Chacun est à moment charnière de sa vie, lui dans sa recherche théâtrale, elle qui ne trouve pas sa place chez les jeunes de son âge, mais qui ne veut pas passer à côté de cette jeunesse.

Avec un sens chorégraphique, la réalisatrice joue avec ses personnages comme sur une scène de théâtre, par un jeu de regard et un balai des corps. Rien n’est vraiment naturel ici alors que tout l’est dans sa relation avec sa famille. Extérieur et intérieur, rêve et réalité, comme la jeune femme et la jeune fille qu’elle est à la fois. Et puis il y a ces instants de poésie dansés, de véritables scènes de comédie musicale qui surgissent au détour d’une rue, d’une scène, et qui font pencher le film vers le conte. Une œuvre d’apprentissage pleine de générosité. Suzanne Lindon est jeune et détient déjà de belles idées de cinéma.

Seize printemps est une petite douceur mentholée qui fait regarder plus haut et plus loin. Ailleurs. Ce qu’il faut en ce moment.

Seize printemps de Suzanne Lindon, sortie le 9 décembre 2020