Felican novan jaron !

Felican novan jaron !

Cela aurait pu être le titre du concert imaginé pour célébrer le passage de 2020 à 2021 et diffusé en ligne, nous dit Benjamin Levy, directeur de l’Orchestre de Cannes. Et pour cause...

En Espéranto, cela signifie Bonne année. Cette langue fut construite par un jeune médecin ophtalmologiste à la fin du 19e siècle pour faciliter la communication entre peuples de langues maternelles différentes. Pourquoi je vous parle de l’Espéranto ? Parce que cette idée de création destinée à rassembler des personnes de toutes origines est la base du programme imaginé par Benjamin Levy et l’Orchestre de Cannes pour le concert du Nouvel An, qui présentera un florilège de musiques traditionnelles et folkloriques des pays et régions natales des musiciens de la phalange cannoise.

Petit rappel des faits… Lors d’un séjour du côté de la Bulgarie, Benjamin Levy entend une pièce du cru qui lui titille agréablement les tympans. Intrigué, à son retour en France, il demande à son altiste Pavel Penkov, compatriote de ce diable d’Emil Kostadinov qui à lui seul élimina les Bleus lors des qualifications pour le Mondial de foot 1994 !), quelle était donc cette musique. Le musicien lui explique que c’est une page très célèbre en Bulgarie. Le chef a alors l’idée lumineuse de demander à chaque membre de l’Orchestre de choisir une œuvre festive issue de la tradition de son pays ou région d’origine. Seront donc jouées, des œuvres qui tirent leurs racines du folklore bulgare, australien, roumain, italien, coréen, espagnol, albanais, japonais, polonais, mais aussi de différentes régions françaises. “Ce sont toutes ces individualités additionnées qui forment l’identité de l’Orchestre de Cannes”, indique Benjamin Levy. Et ce sont toutes ces identités constituées par les influences culturelles des différents musiciens qui ont permis de composer ce programme qui, a défaut de pouvoir être joué le 3 janvier sur la scène du Théâtre Debussy comme cela aurait dû être la cas, sera diffusé en ligne le 1er janvier à 16h et 20h30 sur les réseaux sociaux de l’Orchestre (Facebook & Youtube) et sur la page Facebook de La Strada ! Grande tradition pour la plupart des orchestres, le concert du Nouvel An de la bande cannoise sera donc aussi à suivre depuis son canapé, son lit, sa voiture, bref, d’où l’on veut.

Une belle initiative, car à l’heure où nous écrivons ces lignes, et par les temps qui courent, rien ne garantit à 100% que le public pourra réinvestir physiquement les salles de spectacles dans les semaines qui viennent, et profiter des concerts à suivre en janvier : comme cette date autour de Beethoven avec le pianiste David Bismuth, ou celle avec la violoniste Alexandra Soumm, intitulée La belle Mélusine…

1er jan 16h & 20h30 sur les réseaux sociaux de l’Orchestre de Cannes (Facebook & Youtube). Rens: orchestre-cannes.com

(photo Une: Orchestre de Cannes © Yannick Perrin)