La Fondation Maeght vous accueille à nouveau…

La Fondation Maeght vous accueille à nouveau…

…dans ses jardins ! Par décision préfectorale, la Fondation Maeght, à Saint-Paul-de-Vence, est autorisée depuis ce lundi 8 février à rouvrir les portes de ses espaces extérieurs, de 11h à 17h.

Si les 850 m2 d’espaces d’exposition intérieurs restent pour l’instant fermés, les amateurs d’art moderne et contemporain sous toutes leurs formes peuvent désormais profiter des extérieurs de ce lieu littéralement unique, conçu et imaginé par l’architecte et urbaniste espagnol Josep Lluís Sert et la famille Maeght comme un village méditerranéen dédié aux artistes.

Outre la possibilité de simplement flâner dans les jardins de cet ouvrage architectural inauguré en 1964, et qui par les matériaux utilisés — brique, terre cuite, béton, murs — s’intègre parfaitement à la nature qui l’entoure, c’est désormais une centaine d’oeuvres des plus grands artistes du 20e siècle, dont quelques-uns ont oeuvré à sa création, qui redeviennent visibles : Alexander Calder, Alberto Giacometti, Joan Miró, Marc Chagall, Jean Arp, Eduardo Chillida, Raoul Ubac, Pierre Tal-Coat, Erik Dietman, Barbara Hepworth, Jean Paul Riopelle, Eugène Dodeigne, et bien d’autres…

Les jardins de sculptures, la cour Giacometti, le labyrinthe Miró sont ainsi de nouveau accessibles au public, tout comme la librairie, avec ses catalogues, ses affiches, ses foulards et autres oeuvres originales, également autorisée à ouvrir. 

Labyrinthe Miró © Archives Fondation Maeght, Olivier Ansellem

Dérogation pour les musées à ciel ouvert

En ces temps où la culture et l’art se font rares, si ce n’est sur nos écrans et dans quelques galeries, on ne peut qu’apprécier la nouvelle de cette réouverture. Celle-ci intervient trois semaines après celle, à Paris, du jardin du musée Rodin qui héberge près de 200 œuvres du sculpteur français, toutes deux rendues possibles par dérogation spéciale, car les visites se font en plein air et sont donc compatibles avec les protocoles sanitaires en vigueur.

Une nouvelle qui fait également suite aux dernières déclarations de la Ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, sur BFM TV ce lundi 8 février, au sujet d’une possible réouverture de tous les musées et monuments dans les prochaines semaines : “J’ai toujours dit que, dans ce calendrier, musées et monuments seraient les premiers convoqués à la réouverture“, précisant tout de même que cela sera possible “quand nous aurons une décrue” du nombre de personnes infectées par la Covid-19. Et poursuivant que “nous n’en sommes pas là sur les salles de cinéma et de spectacles“…

Autant dire que nous allons devoir encore profiter de nos shoots de Culture à doses plus qu’homéopathiques pendant encore quelques semaines, voire plusieurs mois, au regard des chiffres que l’on nous donne quotidiennement.

Cour Giacometti © Archives Fondation Maeght, Olivier Ansellem

En attendant l’été

Cette réouverture est un soulagement pour la Fondation Maeght qui, comme la plupart des lieux culturels français, vit sous perfusions depuis des mois. Car, si certains établissements sont subventionnés par l’État et les collectivités territoriales, le centre d’art azuréen vit exclusivement des entrées du public : environ 130 000 visiteurs par an, dont 60% d’étrangers (sur lesquels ils peuvent s’asseoir pour l’instant !). La Fondation, qui avait déjà dû fermer ses portes une première fois au Printemps dernier, avant de reprendre brièvement son activité entre juillet et octobre, espère donc pouvoir rendre accessible l’intégralité de ses espaces prochainement.

Une aubaine, car elle travaille sur sa traditionnelle grande exposition estivale, qu’elle doit accueillir du 3 juillet au 14 novembre 2021. Intitulée Les Giacometti : une famille de créateurs, elle mettra en lumière cette famille d’artistes originaire du village suisse de Stampa. Autour d’Alberto Giacometti, le plus connu de la famille pour ses sculptures emblématiques, les visiteurs pourront découvrir le travail de son père Giovanni, de son cousin Augusto, tous deux acteurs majeurs de la peinture suisse du début du 20e siècle, mais aussi de ses deux frères, Diego son cadet, sculpteur et designer, et Bruno, le plus jeune, architecte marquant de l’architecture suisse d’après-guerre. Placée sous le commissariat de Peter Knapp, elle proposera de découvrir les talents et les influences artistiques de chacun dans leurs domaines de prédilection : la peinture, la sculpture, le design et l’architecture.

(photo Une : Jardins de la fondation Maeght © Archives Fondation Maeght, Olivier Ansellem)

Tags: