Vivaldi et l’Ensemble baroque de Nice à la maison

Vivaldi et l’Ensemble baroque de Nice à la maison

Eh oui, les salles de concert sont toujours fermées, à notre grand désespoir, mais il reste des endroits « bénis » où la musique a encore droit de cité ! À Nice, l’Église du Voeu-Saint Jean-Baptiste accueille l’Ensemble baroque de Nice pour un concert évidemment fermé au public, mais qui sera diffusé en streaming sur sa chaîne Youtube, ce vendredi 9 mars à 20h30, et que vous pourrez savourer tout confort, chez vous. Que demande le peuple, si ce n’est au moins la liberté de rêver !

Au programme de cette soirée, le plus populaire des compositeurs baroques : Antonio Vivaldi. À travers ce concert, l’Ensemble Baroque de Nice va vous faire voyager entre les multiples formes musicales qui constituent l’œuvre du maître italien. De la musique vocale — sacrée avec Laudate Pueri, ou profane avec La Silvia — en passant par la musique instrumentale et ses nombreux concertos, laissez-vous emporter par le génie de ce compositeur prolifique. Cerise sur le gâteau, la soliste invitée n’est autre que la soprano Isabelle Poulenard, grande interprète du répertoire baroque.

Le connaissez-vous bien ? 

Un peu d’histoire… On sait de lui qu’il fut un violoniste virtuose et un compositeur baroque de renommée internationale. Antonio Vivaldi a considérablement marqué la musique de son temps, notamment à travers ses œuvres instrumentales et concertantes.

Mais encore… Né à Venise en 1678, fils d’un violoniste qui lui apprend à jouer de l’instrument très tôt, le jeune Antonio est destiné à la prêtrise. Il sera d’ailleurs ordonné prêtre à 25 ans, mais devra cependant renoncer à exercer son ministère à la suite d’une maladie. Tel était son destin, pour notre plus grande chance puisqu’aujourd’hui, plus de 3 siècles passés, Vivaldi se joue et s’apprécie toujours avec la même ferveur !

Pendant de nombreuses années, il enseigne donc le violon et la composition dans un orphelinat pour jeunes filles, où il peut faire jouer ses propres œuvres. Vivaldi voyage lui-même et aura l’occasion de rencontrer le Pape ou encore Charles VI, ce qui n’était pas banal, déjà à l’époque. L’édition et la diffusion de ses œuvres lors de ses nombreuses tournées en Europe, dont il est en même temps l’interprète, lui assurent une popularité internationale. Son œuvre Les Quatre Saisons fait un triomphe en Europe dans les années 1720. Un tube planétaire qui existe dans des centaines de versions et se classe sur le podium des œuvres les plus jouées dans le monde. Réputé excellent violoniste, Antonio Vivaldi s’est consacré principalement à la forme du concerto, posant les jalons du concerto de soliste.

Son œuvre est extrêmement prolifque : plus de 470 concerti et sinfonie, 45 opéras, 2 oratorios, plus de 100 cantates, arie et serenate, 75 sonates et une quarantaine d’œuvres de musique sacrée dont un Gloria en Ré Majeur. Malgré tout, il meurt pauvre et relativement peu connu.

Le concert de vendredi

La sonorité doucement voilée de la viole d’amour jouée par Collin Heller proposera de (re)découvrir un répertoire à part du célèbre compositeur, mais aussi le charme de cet instrument captivant. La viole d’amour (quel nom !) est un instrument intermédiaire entre la famille des violons et celle des violes, qui doit son timbre et son charme envoûtant à une série de sept cordes sympathiques passant sous la touche et vibrant par résonance. Elle tient une place de choix dans l’œuvre de Vivaldi.

Isabelle Poulenard © DR

Une magnifique soliste invitée

Pour l’occasion, l’Ensemble Baroque de Nice a le plaisir d’inviter Isabelle Poulenard, dont la voix soprano enchantera les différents airs vivaldiens. Le chant, elle est tombée dedans toute petite ! Ce sera d’abord sept années passées à la Maîtrise de Radio France, puis trois saisons encore à l’École d’Art Lyrique de l’Opéra de Paris. Ses ailes, elle les ouvre ensuite à l’Atelier Lyrique de Tourcoing, sous la houlette de Jean-Claude Malgoire qui lui offrira avec la Grande Écurie et la Chambre du Roy de nombreux rôles à la scène comme au disque, de la Platée de Rameau au Montezuma de Vivaldi.

Mais au fil d’une carrière plus que bien remplie, elle travaillera avec le gratin des “baroqueux”, de William Christie à Sigiswald Kuijken, de Marc Minkowski à Christophe Rousset, en passant par Gustav Leonhardt, ou encore René Jacobs et Jérôme Corréas avec lesquels elle avait d’ailleurs chanté auparavant. Pour autant, Isabelle Poulenard ne s’est pas laissée enfermer dans ce répertoireet connaît une belle carrière lyrique (Mozart, Donizetti, Poulenc, créations contemporaines). Interprète d’oratorio, elle aime défendre les couleurs de la poésie française notamment dans la mélodie. Sachez enfin qu’elle a aussi créé son propre ensemble, Il Divertimento, et qu’elle enseigne désormais au Conservatoire de Paris.

Et donc le programme…

Concerto pour cordes en la majeur, RV 159, La Stravaganza
Concerto pour violon et cordes en sol mineur, op. IV n° 6, La Silvia
Concerto pour viole d’amour en ré majeur, RV 392, L’Estro Armonico
Concerto pour 2 violons en ré mineur, op. III n° 11, Laudate Pueri

La Stravaganza, deuxième recueil publié des concertos de Vivaldi signe le complet affranchissement des modèles du concerto grosso en s’orientant résolument sur la voie moderne du concerto soliste.

La Silvia, dramma pastorale en trois actes que Vivaldi écrivit pour l’inauguration d’un nouveau théâtre à Milan, connut un écho retentissant grâce à l’apparat scénographique, la machinerie et les concours d’un prestigieux casting de chanteurs. Cet opéra combine histoire et mythologie en traitant un épisode des origines de l’Histoire romaine, celui de Ree Silvia, fille du roi d’Alba Longa Numitore, qui enfantera les jumeaux Romulus et Remus.

L’Estro Armonico fut le premier recueil de concertos de Vivaldià être édité. Le compositeur était conscient de l’extraordinaire importance de cette publication qui propulsait son nom à travers l’Europe entière. Car la maison d’édition ouverte par l’entreprenant imprimeur français, Estienne Roger, était le principal centre de diffusion de la musique instrumentale, surtout italienne.

Enfin, Laudate pueri fait alterner célébration joyeuse aux vocalises éclatantes et mouvements lents et recueillis d’une grande poésie. 

L’Ensemble baroque de Nice réunira à cette occasion Isabelle Poulenard (soprano), Gilbert Bezzina (violon & direction), Collin Heller (violon-viole d’amour), Catherine Hallot (alto), Michèle Rodriguez (flûte), Daniele Bovo (violoncelle), Roberto Masseti (contrebasse), Vera Elliott (clavecin) et Sergio Basilico (théorbe).

Le concert est visible via la chaîne Youtube de l’ensemble. Le programme sera téléchargeable dans la description de la vidéo du concert. Vous pouvez également rejoindre l’Ensemble Baroque de Nice via son profil Instagram pour suivre les coulisses des événements et son actualité !

(photo Une : Ensemble Baroque de Nice © Lionel Bouffier)