Retour du Jazz… à Juan

Retour du Jazz… à Juan

La fête du jazz célébrée chaque année du côté de la Pinède Gould de Juan-les-Pins a connu une année blanche l’an dernier, mais elle revient en 2021 pour une 60e édition fidèle à son histoire. Un anniversaire décalé, du 9 au 20 juillet, comme une parenthèse dans le temps avant de reprendre le cours de sa légende.

Cette nouvelle édition de Jazz à Juan amène évidemment quelques changements contraignants au vu de la situation, mais le jazz reprendra bien ses droits dans la ville d’Antibes. La note bleue résonnera même durant tout l’été dans les rues de la ville avec près de 40 prestations de marching bands, pour plus de 80 heures de musique, et une trentaine de concerts gratuits où se produiront plus d’une centaine d’artistes sur les deux scènes des Jammin’ Summer Sessions, place Nationale à Antibes et petite pinède à Juan-les-Pins. Les yeux reflèteront l’azur musical avec des expositions photographies et d’affiches des éditions précédentes, tandis que douze artistes plasticiens exposeront leurs œuvres dans la Pinède. Les fameuses empreintes de musiciens qui bordent les gradins devraient aussi connaître quelques rajouts…

La moitié de la programmation 2020

Côté musique, on retrouvera la moitié de la programmation qui était prévue l’an dernier. Si la jauge perd un bon tiers de sa capacité, ceux qui n’auront pas été assez rapides auront la possibilité de voir les concerts en streaming. Une maigre consolation, mais qui a au moins le mérite d’exister, vu la situation…

Cela débutera très fort le 9 juillet avec Macéo Parker qui ouvrira pour Marcus Miller. Ce dernier sera en compagnie de Manu Katché, John McLaughlin et Célia Kameni. Le 10, Eric Legnini en trio sera suivi de Mélody Gardot accompagnée par l’orchestre Philharmonique de Monte-Carlo. Le 11, c’est Kenny Garrett et Wynton Marsalis avec le Lincoln Center Orchestra. Puis place aux voix, le 12, avec Robin McKelle et Gregory Porter. Le lendemain, Michel Portal sera présent avec son nouveau projet MP85 écrit durant la pandémie pour apporter un peu de bonheur. Un bonheur qui se prolongera dans cette soirée avec McLaughlin en tête d’affiche cette fois-ci.

Toujours dans le respect de la tradition, la soirée du 14 sera gratuite, sur invitation, avec le Fœhn Trio découvert durant les Jammin’ Juan, ainsi qu’une carte blanche donnée à Vincent Peirani, qui invite quelques accordéonistes et amis dont Charles Pasi et Harold Lopez-Nussa.

Le 15 juillet, Obradovic Tixier Duo, Sly Johnson et Kimberose se partageront la scène. Le 16, le grand Michel Jonasz dans la même soirée que Amadou et Mariam promettent beaucoup de joie et de dépaysement. Dimanche, jour de repos, mais pas pour Jazz à Juan ! Le festival azuréen y consacrera une soirée spéciale Gospel pour ce 60e anniversaire. Enfin, c’est une très belle affiche qui clôturera cette édition avec Anne Pacéo suivie d’Ibrahim Maalouf. Ce dernier, malgré de nouveaux projets, nous présentera, comme une promesse tenue, celui prévu l’an dernier : S3NS. Vivement l’été !

(photo Une : Jazz à Juan 2018 © Gilles Lefrancq)

Tags: