Triple anniversaire pour l’Espace Comedia

Triple anniversaire pour l’Espace Comedia

Une respiration après des mois de crise… À Toulon, l’Espace Comedia a rouvert ses portes il y a quelques semaines, et s’apprête à célébrer trois anniversaires lors d’un grand week-end, du 12 au 15 juin  ! La Strada a rencontré André Neyton, incontournable « acteur » de cet espace de vie et d’échange toulonnais.

Mes impressions après toutes ces atteintes à nos libertés ? On ressent vraiment, à raison ou pas, une atteinte terrible à notre liberté de vivre ! La période que l’on vient de traverser risque d’avoir des conséquences graves sur une partie de la population, et plus ou moins selon la situation sociale de chacun.” Encore remué par les derniers mois, le metteur en scène, comédien et auteur dramatique français qui a “créé” l’Espace Comedia en 1991, est revenu sur cette crise sanitaire qui a fortement impacté la planète, et le monde culturel en particulier. “Pour ma part, j’ai travaillé, écrit un livre, tout en respirant dans mon jardin les effluves que m’envoyait mon jasmin, et je marchais chaque jour dans un périmètre restreint, jusqu’à un parc ou un autre, lieux verdoyants et boisés toujours…

Dans ce livre, Il fallait être fous !, il raconte l’aventure de l’Espace Comedia, depuis 100 ans ! “Nous allons justement fêter les 100 ans de la bâtisse, 50 ans de théâtre, avec une exposition de photos, 30 ans après que j’aie créé le Théâtre de la Porte d’Italie, à Toulon.” Un lieu qu’André Neyton, Toulonnais aux origines dauphinoises et génoises, fit vivre pendant 10 ans avant de réaliser le projet qu’il nourrissait pour le Comedia. “C’était une grange dans laquelle était entreposé du blé pour les forçats, en 1921, peut-être avant…” La grange à blé devint un cinéma de quartier que créa voici 100 ans M. Rosa, photographe à Toulon, dont le studio était réputé d’autant qu’assez unique. Mais le Cinéma fut éventré par une bombe (américaine) qui explosa en 1944. “Je voulais créer le Centre Culture Espace Méditerranéen. Le Comedia Cinéma venait de finir sa vie. Nous l’avons transformé moyennant un million de francs de travaux ! Mon équipe et moi étions les fondateurs du Centre Dramatique Occitan en 1971. J’ai quitté le Lycée Bonaparte après 20 ans d’enseignement en Lettres pour créer cette troupe qui existe toujours et dont on célèbre aujourd’hui les 50 ans !” 

Les célébrations de ce triple anniversaire (les 100 ans du bâtiment, les 50 ans du Centre Dramatique Occitan et donc les 30 ans du Comedia), qui se tiendront les 12 et 13 juin, ont en quelque sorte débuté avec une troupe de Marseille dont le metteur en scène est parisien : François Bourcier, nommé aux Molières. Au bout du rouleau est interprété par Gérard Dubouche, habitué d’Avignon, et Didier Landucci (Les Bonimenteurs). Un clin d’œil au confinement ? Certainement pas ! “Ce spectacle avait été sélectionné « avant ». Je reprends donc la programmation engagée. C’est le récit de l’histoire d’un fabricant de rouleaux de papier toilette (pièce créée bien avant le confinement !) qui est pris en otage…” C’est drôle, tour à tour triste et burlesque, tragique et finalement philosophique. Dans la vie, même si l’on ne peut forcément se comprendre ou connaître réellement l’existence et le parcours de l’autre, chacun n’est-il pas sur terre, pour « faire sa part » ? 

Nous aurons ensuite une série de journées pour célébrer le 30e anniversaire du théâtre”, poursuit André Neyton. “J’ai donné à ce lieu le nom d’Espace Comedia lorsque, de cinéma, c’est devenu un Théâtre ! Et voici 30 ans que c’est un théâtre ! Le samedi 12 juin, nous projetterons le long métrage Un théâtre dans la ville qui retrace l’histoire de notre aventure théâtrale depuis 50 ans. C’est un film d’Hervé Lavigne, qui travaille beaucoup avec France 3 Marseille, et Xavier Adrien Laurent.” 

France Culture posa une question le jour de l’ouverture d’établissements publics : A quoi cela sert-il d’ouvrir tous les théâtres ? Nous l’avons posée à André Neyton… “Cela fait 2000 ans que le théâtre existe ! C’est un besoin d’avoir face à soi du « live », des gens qui vous communiquent quelque chose. C’est un phénomène inhérent à la société. On a l’impression que le théâtre existe depuis que l’Homme existe ! Hélas, seulement 1% de la population va au théâtre, constate Jacques Weber. Il faut développer le théâtre, encourager les enfants à venir au théâtre… et leur en faciliter l’accès !

Également à l’affiche de ces célébrations : un concert de l’ensemble de chants et musiques napolitaines Assurd, une exposition retraçant les 50 années de théâtre de la compagnie d’André Neyton, en résidence permanente depuis 30 ans à l’Espace Comedia, la projection du film Adieu la raille de Jean Rambaud, et une représentation du spectacle Cabaret Louise de Régis Vlachos, mis en scène par Marc Pistolesi, succès à Avignon en 2019.

(photo : © Espace Comedia)