Que la musique (française) soit !

Que la musique (française) soit !

Avec L’Arlésienne, l’Opéra de Toulon rouvre enfin ses lourdes portes au public assoiffé d’art et de partage pour une nouvelle saison en compagnie de son Orchestre Symphonique, dont les musiciens ont été très applaudis dans le Var et au-delà, au cours de l’été.

Une entame de saison qui se présentera sous forme d’hommage rendu à la musique française. C’est à partir de deux mythiques œuvres lyriques françaises, Carmen de Bizet et Faust de Gounod, que le Polonais Henryk Wieniawski et l’Américain Franz Waxman ont composé des “fantaisies” qui devraient parfaitement convenir au jeu de la violoniste invitée, Bomsori Kim. Diplômée de l’Université Nationale de Séoul au parcours déjà fort riche, et présente sur de nombreuses scènes du monde, cette jeune musicienne joue sur un Giovanni Battista Guadagnini de 1774 mis à sa disposition par la Kumho Instrument Bank. Nul doute que sous le vertigineux doigté de l’artiste sud-coréenne, cet instrument rare enchantera le public varois !

Musique française encore et toujours, puisque nous entendrons une œuvre méconnue de Maurice Emmanuel, Poème du Rhône, une évocation du fleuve que l’on retrouvera avec les Suites n° 1 et 2 de la très attendue Arlésienne. C’est sous la direction d’Anu Tali que l’Orchestre Symphonique de l’Opéra de Toulon interprétera ce chef-d’œuvre de Bizet. Ancienne directrice musicale depuis 2013 de l’Orchestre de Sarasota, en Floride, et co-créatrice avec Kadri, sa sœur, du Nordic Symphonic Orchestra en 1997, l’Estonienne se produit régulièrement dans le monde entier. Après le Japon, la saison à venir la verra au Royal Philharmonic Orchestra, en même temps qu’elle assurera ses engagements avec l’Orchestre symphonique de Québec, l’Orchestre Philharmonique de Russie, l’Orchestre de Padoue et de la Vénétie… Une chance donc pour les musiciens de la phalange toulonnaise et pour les mélomanes présents !

Et pour la suite ?

Des mélomanes qui pourront profiter de cette soirée pour découvrir la programmation 2021-2022 de la maison toulonnaise qui verra deux chefs principaux succéder à Jurjen Hempel à la tête de son orchestre : la Polonaise Marzena Diakun pour la partie symphonique et l’italien Valerio Galli pour le lyrique. Les concerts symphoniques seront d’ailleurs au nombre de 7, tandis que 6 pièces de théâtre viendront également dérouler leurs intrigues. Mais c’est certainement vers le calendrier lyrique que se tourneront de nombreux regards. Un calendrier où figurent les noms des plus grands : Mozart (Don Giovanni), Ravel (L’Heure espagnole), Strauss (La Chauve-Souris), Puccini (La Bohème), Rodgers & Hammerstein (South Pacific) et Tchaïkovski (La Dame de pique). Un Tchaïkovski que l’on retrouvera dans le programme danse de l’opéra avec Casse-Noisette et Le Lac des Cygnes, interprétés par le ballet de l’Opéra National de Kazan – Tatarstan !

Signalons enfin que l’Opéra de Toulon et le Conservatoire Toulon Provence Méditerranée créent dès septembre 2021 une Maîtrise spécialité Opéra. Ouverte aux jeunes de 7 à 15 ans, elle est accessible sur audition. Celle-ci aura lieu le samedi 18 septembre à l’Opéra. Les élèves sélectionnés pourront participer à deux productions de cette saison : La Bohème et La Dame de pique !

Dès le 17 sep, 20h, Opéra de Toulon. Rens: operadetoulon.fr

(photos Une : Kim Bomsori © DR – Anu Tali © Kaupo Kikkas)