Espace Magnan, 25 ans de Culture

Le Bourgeois Gentilhomme de Molière, par le Collectif La Machine

Espace Magnan, 25 ans de Culture

Depuis 25 ans, l’Espace Magnan à Nice est telle une fourmilière en perpétuelle effervescence. Tout au long de l’année, c’est un lieu de rencontre qui propose des activités et des animations à un très large public, c’est aussi une programmation culturelle riche et variée, avec comme invité et parrain, pour cette saison 2022-2023, le comédien Guillaume Geoffroy du Collectif La Machine.

Incontournable ! Ce lieu est un acteur majeur de la culture locale, basé dans le quartier de Magnan, mais qui rayonne bien au-delà depuis 25 ans. Sa vocation est, « pour les Niçois et les Niçoises, d’offrir à tous un accès égal à la culture et à toutes les formes d’activités artistiques, sportives et ludiques« , souligne le Maire de Nice, Christian Estrosi. L’Espace Magnan participe d’ailleurs au dispositif Rouvrir le Monde, proposé par le Ministère de la Culture qui, dans un cadre national, permet de donner un coup de pouce financier à ce type d’établissements. « Événements cinématographiques, de théâtre, de danse, de marionnettes, de cirque et de concerts avec comme dénominateur commun l’engagement d’artistes talentueux« , voilà ce que promet Alexandre Vandekerkhove, directeur de l’Espace Magnan. Un programme alimenté également par de nombreuses médiations et représentations en temps scolaire, du primaire au lycée, suivies de rencontres en bord de scène avec les équipes artistiques.

À l’affiche, du théâtre donc… beaucoup de théâtre ! Avec, dès le 1er octobre, Le Bourgeois Gentilhomme de Molière, par le Collectif La Machine, dont fait partie le parrain de cette saison Guillaume Geoffroy. Pour fêter le 400e anniversaire de la naissance de ce cher JB Poquelin, la pièce revisite le texte original et métamorphose le proverbial Monsieur Jourdain en candidat aux Présidentielles ! Moment fort de chaque saison, en mars, le festival Femmes en Scènes, un événement qui s’installe à l’Espace Magnan et dans de multiples lieux niçois, et met en lumière les créations d’artistes au féminin, avec pour objectif de lutter contre les stéréotypes sexistes et contre toutes formes de violences faites aux femmes. À cette occasion, vous pourrez découvrir Equador par la Cie Le Navire, puis Kiki, le seul-en-scène attendu de… Guillaume Geoffroy. Notez que deux pièces à l’affiche participeront à La Fête des Théâtres de Nice, en octobre : il s’agit de Ita L. Née Goldfield du collectif Femmes en scène, et du Mariage de Figaro par la Cie l’Émergence. 

Le 23 septembre, l’ouverture de cette saison se fera en chantant. Entre authenticité et modernité, le concert Les voix de Gaïa sera un moment de voyage polyphonique autour du globe. Quatre chanteuses interpréteront des chants populaires et traditionnels du monde, accompagnées par un percussionniste et une vielle à roue. Vous pourrez également entendre un concert malgache le lendemain, à l’occasion des 25 ans de scène de Samoëla, ou encore l’artiste Bongi, en avril prochain. Cette sud-affricaine originaire de Cape Town chante en Xhosa, son idiome natal, le quotidien, l’amour, la lutte, en mêlant Afro-pop, Folk et Blues Zulu. Entre-temps, le traditionnel Festival de Guitare de Nice déroulera ses accords pour une 23e édition, du 27 au 29 octobre, en partenariat avec l’association Adamas. 

De la musique à la danse, il n’y a qu’un pas… de deux. Ou plutôt de 45 ! Car ce sont bien 45 participants qui donneront à la scène niçoise des allures de dancefloor géant, dans Breathe Breathe, chorégraphié par Eugénie Andrin, pour débuter l’année 2023. La semaine suivante, ne manquez pas le spectacle Ven, par la Cie Si Seulement, spectacle qualifié de « cirque de l’instant« . Pour l’avoir déjà vu jouer dans les jardins du musée Fernand Léger à Biot, je peux qualifier ce moment comme hors du temps… en apesanteur. 

Pour les plus petits, citons Pourquoi le Lièvre, conte théâtralisé bilingue (français et langue des signes) imaginé par la Cie Signes, La reine de Saba, spectacle théâtral et musical dans la tradition des contes des Mille et une nuits (Cie Théâtre de Lumière), ou encore Beltégeuse, l’envoyée du ciel (Shootmi&Cie), proposé dans le cadre des Toiles Magiques en décembre. Déjà la 7e année pour cet événement jeune public dédié aux films d’animation, un novice au regard des Journées du cinéma italien, qui affichent 37 éditions au compteur. Ce festival était presque adolescent quand l’Espace Magnan n’était qu’un projet dans la tête de ses géniteurs…

Rens: espacemagnan.com
Le Bourgeois Gentilhomme © aLCHY