Le coup du lapin, tu connais ?

Le coup du lapin, tu connais ?

Harvey, la pièce de Mary Chase, cultissime dans les pays anglo-saxons, arrive enfin en France ! Jacques Gamblin était l’interprète rêvé pour camper ce rôle de fou gentil et fantasque d’Elwood, en butte avec une société bourgeoise sclérosée, toujours décalé et naturellement élégant, inséparable de son ami Harvey. Une farce irrésistible sur la tolérance et la différence, drôle, cruelle et poétique. 

Qui est Harvey ? L’ami depuis toujours d’Elwood. Un ami autoritaire et bougon, qui ne le quitte jamais. À première vue, rien d’incroyable. Sauf qu’Harvey est… un lapin géant ! Une créature de presque 2 mètres, invisible aux yeux de tous sauf de son meilleur pote qui conjugue toutes les qualités humaines, si ce n’est qu’il est toujours prêt à trinquer à l’amour ou à l’amitié. Le problème est que sa mère et sa sœur aînée, Vita, ne supportent plus d’entendre parler de ce lapin qui ruine leur vie sociale. Et lorsque Vita se prépare à faire interner son frérot, ce sera elle, curieusement, qui finira internée. Qui est vraiment fou ? Qui ne l’est pas ? 

Sous ses dehors loufoques et sa mécanique « boulevardière », ce texte, comme tous les grands contes, est plus profond qu’il n’y paraît. Sa grâce et sa puissance burlesque d’une folie contagieuse (Prix Pulitzer en 1945 !), magistralement servies par le metteur en scène Laurent Pelly autant que par ses acteurs, nous emmènent dans un monde cruel et sombre, « un voyage entre très petit salon bourgeois et nouvel asile d’aliénés« , explique Agathe Mélinand, qui a traduit le texte original de Mary Chase. Car dans les années 40, l’univers psy américain se montrait violent à l’égard des gens « décalés » : asile, lobotomie et compagnie… 

À bien y réfléchir, derrière ses grandes oreilles, Harvey symbolise sans doute l’influence et le pouvoir de l’imaginaire, et de la poétique sur le cours du réel. Surtout l’auteure crée Elwood, un personnage lunaire et désarmant, incapable de comprendre que l’on puisse être méchant. Un rêveur actif qui vit une vie « à côté » et qui ne veut rien d’autre que d’emmener Harvey boire un verre, chez Charlie, où ils ont leurs habitudes…

21 oct 20h30, Théâtre de l’Esplanade, Draguignan. 

Rens: theatresendracenie.com / 10 & 11 jan 20h, Anthéa, Antibes. Rens: anthea-antibes.fr
Harvey © Polo Garat