20 ans de pouvoir !

20 ans de pouvoir !

Désormais implanté au Broc, le Festival du Peu est né dans le village de Bonson en 2003, grâce à l’énergie de son maire d’alors, Jean-Marie Audoli, et dans une entente franche et fructueuse avec l’artiste Jean Mas – qui donne le nom de l’une de ses principales séries à l’événement. Le Peu (comme on aime l’appeler parce que c’est joli à dire) a désormais 20 ans et a donné à voir le travail de 270 artistes de toutes pratiques et de toutes cultures

Le Peu, c’est l’art brut et l’arte povera. C’est l’expression des choses simples et universelles. C’est le verbe pouvoir, conjugué dans une forme volontaire. C’est enfin la lettre de l’alphabet, telle que la prononcent les enfants quand ils apprennent la diction et l’écriture. Ce Peu réside en tout et en nous tous et son évocation est un appel sincère à se retrouver.

Pour cette célébration qui mérite tous les artifices et symboliques – 20 ans ! – le Festival du Peu peut se dresser fier sur les hauteurs du village du Broc. Après 18 ans à Bonson, sa terre natale, voilà le Peu devenu Brocois en 2022. La preuve que le bon sens fait son nid où on le reçoit, et qu’un événement artistique peut associer responsables et bénévoles d’associations, élus et agents, professionnels de la culture et habitants. Pour peu qu’on le souhaite.

Les principes de cet événement créatif, plutôt enclin à accueillir des artistes travaillant sur le territoire, sont triples : inviter des plasticiens dans des lieux publics pour habiter le village et modifier la perception des lieux et des choses ; ne jamais inviter deux fois un.e artiste – avec 15 à 20 artistes par édition, c’est un vrai défi et aussi le signe d’un terreau riche ; additionner les moments de rencontres, en mettant les petits plats de la spontanéité dans les grands plats de l’implication.

Pour 20 ans, 20 artistes. Citons ici celles et ceux qui ont répondu à l’appel du commissaire de l’exposition, Frédérik Brandi : Sandrine Arakelian, Isabelle Boizard, Nathalie Broyelle, Paolo Bosi, Pascal Claeren, Luc Doutre, Caroline Fighiera-Mollanger, Sophie Geffray, Ivan Ghioni, Isabelle Hupfer, Agnès Jennepin, Stéphanie Lobry, Jacqueline Matteoda, Les Ménades (un duo), Amandine Rousguisto, Setch, Isabelle Varlet. Les voilà pris dans l’aventure, avec des pratiques évidemment multiples : sculpture, performance, installation, peinture, dessin. Ou le tout mêlé.

À sa genèse, l’événement avait duré une année – l’année du Peu –, où les enfants du village avaient été invités à faire « un Peu d’art », en s’appropriant la lettre « P », telle que dessinée par Jean Mas dans une découpe de bois, ce qui avait valu une exposition de leurs réalisations (et de celles de leurs familles), dans la galerie contemporaine du MAMAC à Nice, en 2004. Pour ne rien rater de cette incroyable effervescence, le réalisateur Christian Passuello en avait fait un film, Une histoire de Peu. Un magnifique document qui révèle, au-delà de tous les territoires, la force de la création collective et les fruits d’un engagement commun. Oui, c’est beau. Alors pour cet anniversaire, les 170 élèves du Broc ont été conviés à réitérer l’acte artistique et à produire, chacune et chacun, leur propre Peu. En tirant sur les fils de l’imaginaire naissent les grandes choses… C’est la grandeur du Peu et c’est une merveille d’y prendre part. Christine Parasote 

7 au 30 juil, Festival du Peu, Le Broc. Rens: festivaldupeu.org
Cheval cabré. H 241 (271 sur socle) x L 312 x l 66 (92 sur socle) cm