Opéra de Monte-Carlo : Cecilia Bartoli, 2e acte

Opéra de Monte-Carlo : Cecilia Bartoli, 2e acte

Deuxième saison aux commandes de la direction artistique de l’Opéra de Monaco pour Cecilia Bartoli qui entérine sa volonté d’ouvrir l’institution à de nouvelles lignes thématiques qu’elle compte faire évoluer au cours des saisons à venir. Apportant sa vision personnelle et multiple liée à son exceptionnelle carrière, voici les temps forts de sa programmation, parmi lesquels The Phantom of the Opera, jamais donné à Monaco, et son récital en duo avec l’acteur John Malkovich.

Nouvelles productions d’opéra, spectacles lyriques proposés dans un tout nouveau format… Ce sont 4 opéras, 1 comédie musicale et 6 concerts, dont certains avec développement scénique, qu’annonce Cecilia Bartoli, désireuse de « mettre en avant le travail du chœur de l’Opéra et celui des merveilleux solistes qui participeront à cette nouvelle saison« .

CONCERTS DE CHŒUR 
Ouverture fastueuse, le 2 novembre, au Grimaldi Forum avec la Messa de Requiem de Verdi, dirigée par Daniel Barenboim. Une œuvre monumentale qui exige des interprètes exceptionnels : Marina Rebeka, Ekaterina Semenchuk, Michaël Spyres et Ilda Abdrazakov. Un autre requiem, allemand (Ein deutsches Requiem) de Brahms, qui fera pleinement briller le chœur, sera donné en janvier, avec les solistes Regula Mühlemann et Simon Keenlyside.

SPECTACLE LYRIQUE
2023 célèbre le 150e anniversaire du grand ténor Caruso, qui bien avant Pavarotti, a représenté l’opéra italien dans le monde. L’artiste s’était produit à l’Opéra de Monte-Carlo pendant plusieurs saisons alors qu’il était très jeune et c’est ici, dit-on, que sa carrière internationale aurait commencé. Qui mieux que Jonas Kaufman pour cet hommage, à l’occasion de la Fête Nationale, le 19 novembre ? Un vrai spectacle lyrique, avec une mise en scène, des costumes signés griffés Dolce & Gabbana et des effets visuels élaborés sophistiqués, le tout dirigé par Sir Antonio Pappano, le directeur musical du Royal Opera House de Covent Garden.

RÉCITALS
Rolando Villazón revient le 27 février prochain en tant que chanteur d’opéra populaire dans un récital coloré : œuvres de Mozart, Donizetti, Offenbach, Verdi et Tosti, entre autres, et il sera accompagné de Lena-Lisa Wüstendörfer et du Swiss Orchestra.

Le 23 mars, en ouverture du traditionnel Bal de la Rose, Cecilia Bartoli se produira avec le grand pianiste chinois Lang Lang. Tous deux partagent une même énergie, un même amour des nuances et de la recherche des couleurs dans la musique. Le 7 avril, affiche rare et jubilatoire, puisque cette fois, la diva italienne aura face à elle John Malkovich, l’inoubliable Valmont des Liaisons dangereuses, pour la création de Their Master’s Voice, en coproduction avec le Printemps des Arts de Monte-Carlo, avec Les Musiciens du Prince et dirigé par Gianluca Capuano. Le concept original de cette production repose sur la confrontation entre le maître de musique des plus grandes voix du XVIIIe siècle, Nicola Porpora, et ses prestigieux élèves, Farinelli et Caffarelli. Dans le rôle du pédagogue italien, l’acteur américain John Malkovich et, pour interpréter les 2 célèbres castrats, Cecilia Bartoli.

OPÉRAS
Don Carlo, opéra intense et sombre de Verdi, fresque historique au souffle impressionnant, riche de personnages forts et à la psychologie fouillée, sera joué en novembre dans sa version italienne en quatre actes, sous la direction du chef Massimo Zanetti. « C’est l’une de ces œuvres qui ont besoin de la performance de chanteurs exceptionnels dans toutes les tessitures (…) Notre distribution comptera l’un des plus grands interprètes actuels du rôle de Philippe II, roi d’Espagne : Ildar Abdrazakov, aux côtés de Vittorio Grigolo dans le rôle de son fils malheureux. »

The Phantom of the Opera, sera l’événement phare de cette fin d’année 2023. La comédie musicale d’Andrew Lloyd Weber a réuni 140 millions de spectateurs (14.000 représentations) durant les 35 ans de représentations triomphales à Broadway. Étrangement, cette œuvre n’a jamais été jouée au Palais Garnier à Paris, où se déroule le célèbre roman de Gaston Leroux. Cette nouvelle production inédite de l’Opéra de Monte-Carlo, conçu lui aussi par l’architecte Charles Garnier, est pour la 1e fois présentée au sein d’une grande maison d’opéra. « En fait, c’est un peu comme si le fantôme retournait chez lui ! » 

Cavalleria Rusticana, en février, combinera deux opéras d’un genre très populaire : Cavalleria Rusticana, de Pietro Mascagni, et Gianni Schicchi, le chef-d’œuvre tardif de Giacomo Puccini. Le premier est un drame sicilien autour des grands thèmes de la trahison et de la mort. En contraste, le second est une comédie élégante et légère inspirée par les vers de Dante et la ville de Florence. Mis en scène par Grischa Asagaroff, fin connaisseur du répertoire, c’est une femme cheffe d’orchestre qui insufflera l’esprit italien à cette soirée : Speranza Scappucci, récemment nommée « Principal Guest Conductor » du Royal Opera House à Londres.

En 1840, Gaetano Donizetti, compositeur profondément italien, écrit en français La fille du Régiment pour l’Opéra-Comique de Paris. Jean-Louis Grinda revient en mars dans sa maison de cœur, qu’il a dirigé durant 15 ans, pour mettre en scène cette comédie amusante et légère, avec la soprano colorature suisse, Regula Mühlemann, aux côtés de Javier Camarena, probablement le Tonio le plus célèbre du moment. 

BAROQUE ! 
Avec Giulio Cesare in Egitto, créé à Londres en 1724, et présenté en janvier 2024, Haendel est dans la quintessence de son art. L’incroyable beauté des nombreux airs dédiés au castrat Senesino et à la célèbre Francesca Cuzzoni assura à l’œuvre sa place d’opéra baroque parmi les plus représentés. Une nouvelle production monégasque signée Davide Livermore, avec Les Musiciens du Prince dirigés par Gianluca Capuano, où Cecilia Bartoli incarnera à Monte-Carlo sa troisième héroïne haendélienne, Cléopâtre, entourée de trois contre-ténors. Evelyne Pampini

Dès le 2 nov, Opéra de Monte-Carlo & Grimaldi Forum, Monaco. Rens: opera.mc
Cecilia Bartoli © OMC – Fabrice Demessence

Tags: