On ne choisit pas sa famille 

Demain la revanche © JMD Prod

On ne choisit pas sa famille 

Quel thème plus universel que celui des conflits familiaux ? Les relations parents-enfants ne seront jamais de longs fleuves tranquilles. Bien que je sois encore un peu du côté enfant (merci la vie), je commence doucement à comprendre que le versant parental ne doit pas être des plus confortables…

Plus encore pour un couple de retraités embourgeoisés qui voit débarquer leur fils quarantenaire à 4h du mat’, trempé des pieds à la tête par une nuit sans pluie et porteur d’un sac à dos rempli de pierres… Et, pour couronner le tout, frappé d’une mystérieuse amnésie qui le renvoie dans sa peau d’adolescent révolté contre tout – mais surtout contre ses géniteurs.

Voilà donc l’intrigue de départ Demain la revanche de Sébastien Thiéry, mis en scène par Ladislas Cholat. Le ton est donné dès le début : tout sera dit sans langue de bois et chacun en prendra pour son grade. Avec, pour la 1e fois dans une pièce de théâtre, Gaspard Proust, l’humoriste aux aux accents desprogiens, dans le rôle de l’adulte-adolescent, le spectacle frôle parfois la frontière entre humour et cruauté envers les parents désemparés interprétés par Brigitte Catillon, mère inquiète et surprotectrice, et Jean-Luc Moreau, père dépassé et un peu de mauvaise foi. Un schéma familial nucléaire qui s’effrite tout le long de la représentation avant de finalement exploser pour de bon. 

Une pièce exutoire qui expose les valeurs adorées de toutes familles qui se respectent : un peu d’hypocrisie, avec un zeste de faux-semblant et le poids des attentes parentales qui peut parfois amener à tardivement s’interroger sur ce que l’on souhaite réellement pour notre avenir.

8 & 9 déc 20h30, Anthéa, Antibes. Rens : anthea-antibes.fr
10 déc 20h, Théâtre Princesse Grace, Monaco. Rens : tpgmonaco.mc
Demain la revanche © JMD Prod