Le MAMAC, nouveau Phœnix niçois ?

Le MAMAC, nouveau Phœnix niçois ?

Le Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain de Nice a fermé ses portes pour un chantier de rénovation de 4 ans, afin de répondre aux enjeux du 21e siècle et de renforcer son rayonnement sur la scène artistique internationale, dans le cadre du projet de Promenade du Paillon – Saison 2 qui le placera au cœur d’un grand poumon vert de 20 hectares. Pendant cette période, Hélène Guénin, sa directrice, propose une redécouverte hors les murs de ses collections.

Un intermède de réfection qui semble contagieux : le Centre Pompidou à Paris fermera lui ses portes à l’automne 2024 pour 5 ans, et le musée de Pergame, le plus visité de Berlin, les refermera, lui, durant 14 ans… « Pendant cette période de fermeture, le public pourra découvrir le MAMAC autrement, avec notamment des œuvres inédites qui seront exposées dans les autres musées municipaux et dans la ville. Le MAMAC ira à la rencontre des habitants de Nice, de la Métropole, de la Région Sud et à l’international !« , indique la Ville de Nice. Mi-juin 2024, dans le très bel écrin du Musée Fernand Léger à Biot, l’exposition Fernand Léger et les nouveaux réalismes dévoilera un extraordinaire face-à-face entre l’un des maîtres de la modernité et une soixantaine d’œuvres de la collection du MAMAC. Mi-octobre 2024, le Musée Matisse à Nice présentera quant à lui un autre face-à-face inédit entre les deux des plus grandes signatures plastiques qui illuminent Nice : Henri Matisse et Yves Klein. Pour ce qui est du Stabile-Mobile (1970) d’Alexander Calder, il trône déjà sur le parvis nord de la villa des Arènes ! 

La collection du MAMAC va rayonner à l’international en nouant des collaborations exceptionnelles avec des musées internationaux. Ainsi, fin avril 2024, le MAMAC présentera, au prestigieux Nelson-Atkins Museum of Art de Kansas City, une grande exposition de plus de 80 œuvres de Niki de Saint-Phalle pour la 1e grande rétrospective consacrée à l’artiste franco-américaine aux États-Unis. Signalons que, dès février, le public pourra suivre l’activité du musée sur les réseaux sociaux, YouTube, et sur son site officiel, grâce à des rubriques comme Raconte-moi une œuvre, Paroles d’artistes ou Le MAMAC en coulisses, conçues pour découvrir le musée et sa collection, autrement. 

Rens: mamac-nice.org

photo : Martial Raysse, Nissa Bella, 1964, collection MAMAC, Nice, © Adagp, Paris, 2024