Une vie à documenter le monde

Une vie à documenter le monde

Jusqu’au 17 février, la Maison de la Photographie à Toulon revient sur près de 30 ans de documentation photographique d’Hélène Roger-Viollet à travers le monde, réalisée en compagnie de son époux Jean Fischer.

Je ne vais pas vous cacher que je ne connaissais pas vraiment Hélène Roger-Viollet (1901-1985) jusqu’à récemment, pas plus que son œuvre. Mais quelle œuvre ! Fille d’un ingénieur et photographe amateur, Hélène Roger-Viollet grandit avec les expériences photographiques de son père, se forme au journalisme et fonde en 1938 la Documentation photographique générale Roger-Viollet, qui prendra le statut d’agence de presse dans les années 1960, témoignant de sa place dans les médias. C’est une fine sélection de 68 photographies issues d’un corpus dont les prises de vues s’étirent des années 40 aux années 70 qui est présentée à Toulon, dans l’exposition Les Voyages d’Hélène. Une vie à documenter le monde. 68 clichés réalisés à travers le monde, témoignant de ses bouleversements et de ses changements. De sa beauté et de sa poésie. 68 images de cette immense photographe pourtant peu connue du grand public et dont cette exposition est la première en province. Tout cela sur une thématique portée par la mairie de Toulon : La photographie au féminin.

Ces trois décennies d’images constituent un voyage tant dans le monde que dans le temps, de la France des congés payés à l’Inde, en passant par l’Iran ou les États-Unis… L’humanisme de l’auteure est au centre de ses images et donne à voir l’Humain dans toute sa splendeur et capable d’évoluer dans des environnements multiples, quasi antagonistes. Mais ce sont aussi des situations qui sont ici immortalisées : de l’avènement de la Guerre d’Espagne lorsqu’ils arrivent dans les Pyrénées, à la prise de pouvoir de Fidel Castro à Cuba, Hélène Roger-Viollet est présente pour documenter, enregistrer, consigner et offrir des images pour l’éternité, pour l’humanité. Alors, n’hésitez pas un instant, car c’est un voyage dans le temps qui nous est ici offert. Une échappée au cœur de moments perdus à jamais que la photographe a su brillamment saisir avec ses Rolleiflex, témoignage d’un monde mouvant, vibrant, vivant.

Jusqu’au 17 fév, Maison de la Photographie, Toulon. Rens : toulon.fr

photo: Enseigne du Western Skies Hotel, environs d’Albuquerque (USA), 1964 © Hélène Roger-Viollet