Petits dialogues du quotidien

Petits dialogues du quotidien

Les Normands de la Cie PJPP posent leurs valises à Carros et à Grasse pour révéler la poésie des mots du quotidien, dans Les Galets au Tilleul sont plus petits qu’au Havre (ce qui rend la baignade bien plus agréable).

Nous sommes évidemment bien d’accord pour affirmer qu’au Havre la baignade est des plus inconfortable, sauf peut-être pour les Havrais qui ne manqueront pas de soutenir le contraire. Car pour eux les plages sont bien plus plaisantes qu’au Tilleul, que je n’arrive toujours pas à localiser, bien que mon ordinateur me permette de télécharger les logiciels de géolocalisation les plus pointus.

Si vous êtes encore en train de lire cet article, alors c’est gagné, ce spectacle est fait pour vous : curieux de savoir où l’autre veut en venir, et tolérant quant à l’abondance de babillage dont il/elle fait preuve. Force est en effet de reconnaître que toutes les discussions n’ont pas toujours des développements structurés et qu’elles ne sont parfois que des échanges sociaux plus ou moins (mal)adroits. Derrière les mots, il y a la personnalité de la personne qui les prononce : trop enthousiaste, trop autocentrée, trop timide.

Il arrive que l’on parle pour parler, pour fuir la solitude, pour être présent à l’autre. Ce spectacle est proposé par la compagnie de danse contemporaine PJPP née de la rencontre de Claire Laureau et Nicolas Chaigneau. Immédiatement, ils se sont retrouvés dans une vision à la fois théâtrale et décalée de leur art. Cette pièce basée sur la musicalité des mots laisse une belle place à l’expression corporelle : les postures, les regards, les mimiques, les respirations expriment toutes les émotions de celle ou celui qui se trouve face au discoureur. Son succès tient à l’humour tendre qui enrobe toutes les situations qui résonnent dans notre vécu.

28 mars, Théâtre de Grasse. Rens: theatredegrasse.com
29 mars, Salle Juliette Greco, Carros. Rens: forumcarros.com

photo : Les Galets au Tilleul sont plus petits qu’au Havre… © J. Athonady