À la source, il y a le jazz !  

À la source, il y a le jazz !  

C’est autour de cette idée que Sébastien Vidal et toute l’équipe du nouvellement nommé Nice Jazz Fest ont travaillé pour proposer l’édition 2024 du retour aux sources, avant d’enclencher sur l’édition 2025 annoncée comme celle de la révolution. 

«Le jazz est partout, il se glisse dans les samples, les rythmes, les groupes, et l’inspiration de toutes les musiques actuelles. C’est ce que nous affirmons avec ce Nice Jazz Fest 2024 !», explique le directeur artistique de l’événement Sébastien Vidal. «On a le droit d’aimer Kenny Garrett et Jungle… Un fan de Phoenix sera heureux de découvrir les rythmes caribéens d’Arnaud Dolmen… et le groove éthiopien du mythique Mulatu Astatke fait aussi danser la meute de Dabeull. Jazz is the new black… !»

Un retour aux sources pour le Nice Jazz Fest donc, qui s’est parfois égaré, reconnait Graig Monetti, adjoint délégué à l’événementiel, à la jeunesse et à l’égalité des chances à la Ville de Nice. Toutefois, hormis les quelques monstres sacrés du genre déjà cités, auxquels on peut ajouter Jon Cleary et le pianiste jamaïcain Monty Alexander, une grande place est cette année donnée aux artistes émergents. Parmi eux, Théo Crocker, Léon Phal, Louis Matute, Stella Cole et Kareen Guiock Thuram. Bien sûr les musiques cousines que sont la soul et le funk auront aussi leurs représentants avec Thee Sacred Souls, ou Jordan Rakei.

«Le meilleur du jazz et la plus actuelle des musiques vous attendent dans la plus belle ville du monde», nous promet-on. Et effectivement, le festival accueille des artistes aux influences jazz, mais dont la musique ne craint pas de s’en éloigner, comme Yannis And The Yaw et son hip-hop electro, les teutons de Meute, une fanfare électro déjantée, ou encore la révélation masculine des dernières Victoires de la Musique, le franco-camerounais Yamê, son blend afro-rap-chanson. Signalons aussi la venue d’une légende du rap US, Nas, qui célèbre les 30 ans de son mythique 1er album, Illmatic. Au total, 24 groupes se relaieront sur les deux scènes du Théâtre de Verdure et de la place Masséna.

Autres nouveautés : le positionnement du festival dans le calendrier, qui se tiendra du 20 au 23 août (JO oblige !) et une jauge qui passe de 8 000 à 11 000 places. L’idée centrale est de proposer une authentique «expérience NJF», avec un véritable village du festival ouvert en journée, à l’image de ce qui se fait dans les plus grands festivals, la mise en en place de l’espace Ramène ta fraise, spécialement dédié aux minots, mais aussi des before et des after au Stockfish et dans des villes de l’agglomération… 

Nous reviendrons plus en détail sur la programmation dans notre numéro «spécial été» à paraître le 25 juin !

20 au 23 aou, Théâtre de Verdure & Place Masséna, Nice. Rens: nicejazzfest.fr

photo: Nice Jazz Festival © Ville de Nice – David Nouy