Anthéa : saison 12, le tour du cadran

Anthéa : saison 12, le tour du cadran

Anthéa, théâtre d’Antibes Antipolis, porté par son directeur Daniel Benoin, annonce une 12e saison plus que jamais dédiée à la création, avec 12 nouvelles productions, des révélations et de grands noms du théâtre, mais aussi de la danse, de la musique, du seul en scène, qui viennent et reviennent dans ce lieu incroyablement inspirant pour le public comme pour les pros. 

« Douze, nombre parfait, promesse d’avenir pour un lieu culturel en constante expansion« , voilà le credo du capitaine qui dirige depuis 12 ans le vaisseau antibois, l’une des plus belles scènes de la région et 2e théâtre le plus fréquenté de France, après la Comédie Française. Daniel Benoin vit le spectacle vivant comme sa propre vie, par les deux bouts. Cette saison 2024-2025 est à son image, avec 222 représentations pour 79 spectacles ! Si son carnet d’adresses est phénoménal, c’est qu’il a su créer un lien particulier de confiance et de fidélité avec les artistes, comme avec Georges Lavaudant, Jean-Michel Ribes et Michel Boujenah que l’on retrouvera cette année. Voici un aperçu non exhaustif des réjouissances qui vous attendent…

Diversité, accessibilité et ferveur créative 

Ce sont les maitres mots de « l’esprit Anthéa ». Place d’abord aux productions d’artistes soutenus depuis des années : Collectif 8, troupe innovante dans ses spectacles mêlant théâtre et arts numériques montera La Guerre des Mondes, dernier volet de sa trilogie dystopique ; Clément Althaus, artiste multidisciplinaire prolifique, dans une nouvelle version folle et furieuse d’Agôn, peplum lyrico-musical qu’il avait créé à l’Opéra de Nice ; Cie Les Collectionneurs, qui proposera une adaptation originale et farfelue du Petit Chose de Daudet. Autre beau projet donné au TNN, où s’implique Anthéa : TAIRE de Tamara Al Saadi, qui interroge sur la vision du monde par les adolescents d’aujourd’hui, créée grâce à ExtraPôle, plateforme de coproduction réunissant les sept plus grands producteurs de théâtre de la Région Sud. Aux amateurs de lyrique, Opéra Bouffe ! présentera un spectacle musical avec les grandes voix opératiques de demain. 

Les reprises

Trois grands succès à (re)voir, qui, par leurs thèmes, font sens dans notre époque troublée : Il a la côte Devos, hommage de Benoin au grand maitre qui n’avait pas la langue dans sa poche, et quelle langue ! Inconnu à cette adresse, avec Michel Boujenah et Daniel Benoin himself, un échange épistolaire de deux amis dans une période sinistre de l’Histoire, qui nous rappelle combien le mal est banal et terrifiant ; et Personne d’autre du génial Botho Strauss, monologue sublime d’une femme en pleine rupture. Une très grande actrice devra s’imposer pour ce rôle (distribution en cours)…

Ils reviennent !

Parce que dans ce théâtre, ils aiment confronter au public leurs nouveaux spectacles : Fabrice Luchini et sa passion pour La Fontaine, deux grands « revenants », Gad Elmaleh et Dany Boon. On attend aussi avec ferveur François Morel, qui réunit une partie des Deschiens pour présenter Art de Yasmina Reza, la pièce contemporaine la plus jouée dans le monde. Des émotions avec Panayotis Pascot ou La face cachée du rire et Clémentine Célarié, dans un rôle inattendu et déchirant. Plaisir aussi de retrouver François Berléand, Charles Berling, ou Alex Lutz qui met en scène Alice Taglioni dans un monologue bouleversant. Yvan Attal, rare au théâtre, sera sur scène dans un tête à tête irrésistible, Video club, avec Noémie Lvosky, énorme succès parisien de l’année. Retour aussi de trois géants de la mise en scène : Tiago Rodrigues, dans une création très attendue du mythe d’Hécube, avec Denis Podalydes et la Comédie Française, et le radical et génial Ivo Van Hove avec Après la répétition/Persona, adaptation de deux récits d’Ingmar Bergman. Bergman encore dans l’énorme succès du dramaturge Joël Pommerat, La réunification des deux Corées.

Première venue à Anthéa 

Des actrices qui s’exposent : Camille Cottin, dans son premier seule en scène déjanté et hilarant, Le Rendez vous ; Sophie Marceau, qui n’a pas joué sur scène depuis près de 12 ans, ainsi qu’Audrey Tautou ou Emmanuelle Bercot, elles aussi extrêmement rares au théâtre. Et la bella Isabella Rossellini dans sa pièce Le sourire de Darwin, créée au TNN et mise en scène par sa directrice Muriel Mayette-Holtz. Dans le registre humour (sujet hautement sensible en ce moment), Pablo Mira et Paul Mirabel, et côté musique 3 divas : Luz Cazal, Jeanne Added et Kimberose 

Musique et danse toujours…

Agnès Jaoui toujours plus latino-américaine avec El trio de mis amores, le chouchou des Français, Alain Souchon accompagné de la relève – ses deux fils –, mais aussi Pink Martini, Dionysos, Jeanne Mas (40 ans de concert). Deux grands chorégraphes : Jean-Claude Gallotta (Cher Cinéma) et Anne Teresa de Keersmaeker et son triomphal Exit Above. Ou encore Olivier Dubois, qui envoie valser tous les clichés sur le corps : sa création solo Fort Gods only pour la danseuse étoile Marie-Agnès Gillot défie le genre.

Et que jeunesse vienne ! 

Voir La Belle et la bête revisitée par la poésie inventive de la Cie BAL, l’incroyable Technique de l’orage d’Élodie Segui, le spectacle enchanteur de Jokin Oregi, Amour, ou Simple, hilarante face chorégraphique d’Ayelen Parolin

Sélection de pépites

À l’ouest, chronique familiale noire mais hilarante du collectif BAJOUR ; La vie est une fête, farce tragi-comique des irrévéncieux Chiens de Navarre; Passeport, chef d’oeuvre d’humanité du multiprimé Alexis Michalik; Phèdre !, ou la langue de Racine dans un monologue époustouflant par François Gremaud ; Vu, cérémonie de thé givrée d’Étienne Manceau ; ou encore Blockbuster, spectacle corrosif et irrévérencieux sur la révolte du peuple. On ira ! Et cerise sur le gâteau, les rendez-vous essentiels que sont les soirées Immersion, dont la Strada raffole, pour des voyages uniques au cœur des arts émergents. Quelle saison !

Dès le 9 juil, Anthéa, Antibes. Rens: anthea-antibes.fr

photo: Inconnu à cette adresse © Philip Ducap fineartphotography

Tags: