Zao de Sagazan, déjà au Zénith

Zao de Sagazan, déjà au Zénith

Enfin, plutôt au Mas des Escaravatiers ! L’autrice-compositrice Zaho de Sagazan, qui a tout raflé lors des dernières Victoires de la musique avec son 1er album La Symphonie des éclairs, est très attendue pour son concert à Puget-sur-Argens, le 14 juin prochain.

Depuis la sortie de son 1er album en 2023, où qu’elle se produise, le public couvre presque son timbre profond de contralto en scandant les paroles de ses chansons, comme on récite un mantra… Née le 28 décembre 1999 à Saint-Nazaire, où elle apprend le piano, la quadruple lauréate des dernières Victoires de la Musique (révélation féminine, révélation scène, meilleur album, meilleure chanson originale), a tronqué son nom, Zaho Mélusine Le Monies de Sagazan, pour le signer de deux Z qui sonnent super chic et que l’on ne cesse de lire et entendre partout. 

C’est que tout est allé très vite pour la jeune femme, qui a depuis raflé de nombreux prix, comme au Music Moves Europe Talent Awards, lors du dernier Festival Eurosonic, à Groningue-Pays-Bas, où sont distingués les artistes émergents européens. Le jury a sacré Zaho meilleure artiste émergente de l’année 2023 et lui a de plus décerné le Prix du public, qui récompense l’artiste ayant engrangé le plus de votes en ligne dans les mois précédant l’événement. Avant elle, Stromae, Rosalia, Dua Lipa, The Haunted Youth, Christine and the Queens… furent aussi lauréats. Elle était interrogée par FIP juste avant de monter sur scène : « – Qu’est-ce qu’une bonne chanson, selon toi ? – Il y a mille façons de faire une bonne chanson et il y a un milliard de bonnes chansons. Tout dépend du cœur qui est devant. C’est ce qu’on recherche dans l’art en général, que ce soit la musique, la danse, le cinéma. Que ça nous fasse une petite parenthèse dans la vie et qu’on s’évade de notre quotidien. Ou à l’inverse, qu’on le comprenne mieux. Mais il n’y a pas de recette magique. – Qu’est-ce qui inspire ton écriture ? – Pour écrire des chansons, il faut avoir beaucoup de compassion et se mettre à la place des autres. (…) J’écris beaucoup par imagination. Si je fais tout un album qui ne raconte que moi, je perds l’essence d’une bonne chanson. » 

Malgré toutes ces récompenses, l’artiste garde la tête froide, elle qui, après un bac S, étudia la gestion puis travailla en EHPAD, avant d’oser monter sur scène. Composer, écrire ne date pas d’hier. Elle se montre d’abord sur Instagram. Ses paroles font mouche, en plein cœur. Jetez un œil au clip officiel de Tristesse (Qui va là, tristesse / Vous ne m’aurez pas ce soir / J’ai enfin trouvé la sagesse / Et désormais les pleins pouvoirs / Quelle audace de me faire croire / Que je ne suis qu’un pauvre pantin / Manipulé par vos mains / Dégueulasses de désespoir). Zaho de Sagazan, en plein cœur, on vous dit !

7 juin au 31 août, Mas des Escaravatiers, Puget-sur-Argens. Rens : lemas-concert.com

photo : Zaho de Sagazan © Emma Picq