Soyons clairs, restons flous

Soyons clairs, restons flous

Il paraît qu’on va presque retrouver notre liberté et qu’on va pouvoir retourner au musée, au théâtre, au cinéma ! Mais dans quelles conditions ? C’est ça le problème, on ne sait pas vraiment…

Soyons clairs, restons flous !” Ceci est une devise de notre journal. Du moins, officieusement, entre nous dans l’équipe. D’ailleurs, je ne suis pas sûr que le terme devise soit le bon, cette phrase ayant été prononcée la première fois dans un état que je ne qualifierais pas d’ébriété, mais d’extrême détente… C’est une façon dire que lorsque tu n’es sûr de rien, reste vague, et tu verras, ça passe auprès de la plupart des gens. C’est un peu l’exercice auquel s’est prêté notre Premier Ministre Edouard Philippe, hier en conférence de presse, en détaillant les mesures prises en Conseil de défense au sujet de la phase 2 du déconfinement, notamment concernant le secteur culturel.

Petit rappel ! L’ensemble des musées et monuments, tout comme les salles de spectacles et de théâtre, pourront rouvrir leurs portes dès ce mardi 2 juin, dans les zones vertes. “Les règles de distanciation physique devront y être respectées, par une organisation spécifique des places assises, une gestion des flux conforme au protocole sanitaire de ces espaces et le port du masque y sera obligatoire, a déclaré le Premier Ministre. Il est laissé aux directeurs de salles le choix de cette réouverture et l’organisation nécessaire à mettre en place… “s’ils s’en jugent capables“, a poursuivi le chef du Gouvernement. En gros, démerdez-vous ! Les événements en extérieur devront respecter une jauge maximale de 5000 personnes, comme précisé lors du dernier point il y a quelques semaines, précisant que “les événements culturels et sportifs organisés dans l’espace public resteront suspendus jusqu’au 21 juin au moins et dans toute la France.” Les salles de cinéma pourront quant à elles reprendre leur activité au niveau national à partir du 22 juin, soit au prochain point d’étape du déconfinement.

Alors oui, c’est encourageant, mais ces déclarations restent pour le moins floues et de nombreuses questions se posent. Les salles peuvent rouvrir, mais dans quelles conditions, avec quelle jauge et quel espace entre les spectateurs ? Si l’on écoute le gouvernement, ce serait donc aux responsables des lieux de définir en conscience les conditions d’accès. Encore une belle démonstration de responsabilité de la part de nos dirigeants ! On peut aussi se demander si le public sera au rendez-vous ? Les salles de spectacles, les musées, les galeries seront de nouveau ouverts, mais pour combien de personnes ? Et que leur proposer ? Entre les annulations et report de dates confirmées, une nouvelle organisation à trouver, un public sans doute encore frileux de réinvestir des espaces clos, et le fait qu’une programmation ne se construit pas en un claquement de doigts, à quoi peut-on s’attendre dans les semaines qui viennent ?

Si l’on croise les mesures du Gouvernement avec les impératifs de remplissage des salles de spectacles, il paraît difficile d’imaginer une reprise à court terme. Comment rentabiliser son activité lorsque vous êtes en reprise après plusieurs semaines de fermeture et que vous êtes obligés de diviser votre jauge par trois ? Autant de zones d’ombres ne sont pas encourageants pour l’avenir de l’économie culturelle qui navigue à vue, dans le flou le plus total… Je conclurai avec ces mots du génial Guy Bedos qui nous a quittés hier à l’âge de 85 ans : “Il ne faut pas prendre les gens pour des cons, il y a assez de cons qu’on prend pour des gens…”

(photo : © Free-Photos – Pixabay)