[INTERDIT] Trois femmes en colère

[INTERDIT] Trois femmes en colère

Malgré ” l’interdiction ” faite aux lieux culturels de rouvrir (à nouveau) leurs portes ce 7 janvier 2021, et pour marquer (à nouveau) notre mécontentement, nous avons décidé de publier (à nouveau) les articles concernant les événements qui n’auront pas lieu, en apposant cette mention [INTERDIT] dans le titre. Nous n’avons plus envie de simplement nous adapter et de taire les efforts engagés par des centaines d’artistes, de programmateurs, de producteurs, de salariés du secteur culturel pour cette reprise. Leur travail est fait, le nôtre aussi… Pour rien !

Antigone : le seul prénom de cette héroïne de tragédie grecque suffit pour évoquer l’image d’une femme forte, révoltée et sans concessions. Antigone, c’est celle qui préfère mourir plutôt que de se conformer à une réalité qui ne lui convient pas.

Dans Antioche, production du Théâtre Bluff, la pièce de Sarah Berthiaume et Martin Foucher, Antigone est l’un des trois portraits de femmes à la fois insoumises et emmurées. Elle est le reflet de Jade et de sa mère Inès, deux femmes opposées par le fossé des générations aux idéaux différents qui cachent pourtant un point commun : Jade et Inès sont animées de la même colère intérieure. Antioche, c’est le point où les destins de Jade et Inès se confondent, s’entrechoquent. Un lieu hautement symbolique, car il représente à la fois la ville de départ de la Route de la Soie et la dernière étape avant la Syrie pour les jeunes djihadistes occidentaux.

Après leur collaboration sur Yukonstyle, Sarah Berthiaume et Martin Faucher se sont de nouveau retrouvés pour donner vie à un projet qui questionne la révolte, le refus de vivre dans un monde sans valeurs humanistes et la transmission entre générations. La recherche constante de l’utopie ne mène-t-elle pas parfois à la radicalisation ? Jusqu’où doit-on aller au nom de ses idéaux ? La révolte est-elle propre à la jeunesse ? Voici les questions posées dans cette pièce portée par les comédiennes Sharon Ibgui, Sarah Laurendeau et Mounia Zahzam qui donnent vie à trois personnages féminins puissants et indignés. À découvrir le 12 janvier au Théâtre de la Licorne à Cannes.  

12 janv 19h30, Théâtre de la Licorne, Cannes. Rens: cannes.com

(photo Une : Antioche © Yanick Macdonald)