Affinités électives

Affinités électives

Rassurez-vous, nous n’évoquerons pas ici les prochaines échéances électorales qui nous attendent en juin ! Ce titre est celui du prochain concert de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo (OPMC) auquel vous aurez droit d’assister, ce dimanche 9 mai à 15h à l’Auditorium Rainier III, et qui soulignera les affinités entre Chopin et Tchaikovsky.

Même si certains n’ont pas attendu l’autorisation du Gouvernement français pour aller profiter de l’offre culturelle monégasque, comme nous l’avait malicieusement glissé le directeur du Printemps des Arts, Marc Monnet, depuis ce lundi 3 mai 2021, il est possible de s’éloigner de plus de 10 km de son domicile ! Faire un tour en forêt, à la plage, en montagne ou simplement aller voir des proches un peu trop éloignés au goût du Gouvernement… Autant de choses “interdites” depuis quelques semaines. Parmi ces restrictions également : aller voir une exposition, un spectacle, un concert du côté de la Principauté de Monaco, pour qui la Culture est restée quelque chose d’essentiel en ces temps de crise sanitaire et sociétale (voire existentielle). Si cette même Culture ne reprendra en France ses droits qu’à partir du 19 mai, réjouissez-vous mélomanes, car vous allez pouvoir assister à un concert “en vrai” dès ce weekend sur le Rocher ! L’OPMC convie, ce dimanche 9 mai, deux artistes de la jeune génération pour un rendez-vous musical qui mêlera Chopin et Tchaikovsky.

En première partie, la phalange monégasque accompagnera le pianiste cubain Jorge Gonzalez Buajasan — lauréat du Prix Clara Haskil en 2020 et vainqueur du concours de piano de Bad Kissingen (Piano Olymp), qui s’était déjà produit dans le cadre de la saison en novembre dernier avec le Trio Zeliha — dans le Concerto pour piano n°1, opus 11 de Frédéric Chopin. Cette oeuvre sera créée le 11 octobre 1830 au Théâtre national de Varsovie, pour ce qui sera son dernier concert sur le sol polonais. Il n’a que 20 ans… Composé alors que l’Europe et plus particulièrement son pays natal connaissent une période de troubles, ce premier concerto (qui est en réalité le second dans l’ordre chronologique) lui offrira une petite notoriété de compositeur et d’interprète, et lui ouvrira les portes de l’Europe musicale. En 1829, le virtuose franco-polonais déclarait : “que m’importent les louanges locales ! Il faudrait savoir quel serait le jugement du public de Vienne et de Paris“. Il lui faudra encore deux ans, et un court passage par la capitale autrichienne, avant de donner son premier concert parisien… La critique dira de lui : “Monsieur Chopin est un très jeune pianiste qui, à mon avis, deviendra très célèbre avec le temps, surtout comme compositeur“. On peut dire qu’elle a eu le nez fin pour le coup !

Un autre était fan du bonhomme, c’était Tchaikovsky, compositeur qu’on retrouvera en deuxième partie de ce concert du 9 mai. Le Maestro Alexander Vedernikov aurait initialement dû diriger l’OPMC sur sa Suite n°3, opus 55, mais cette satanée Covid-19 en a décidé autrement, emportant avec elle le chef russe qui s’est éteint à Moscou en octobre dernier. Pour le remplacer : son jeune et brillant compatriote Stanislav Kochanovsky, qui s’est rapidement imposé comme l’un des chefs les plus prometteurs de la Mère Patrie, mais aussi d’Europe. Partageant la même passion pour cette oeuvre de Tchaikovsky, et en hommage au maître Vedernikov, Stanislas Kochanovsky a décidé de maintenir au programme cette pièce symphonique que le compositeur lui-même considérait comme l’une de ses œuvres les plus abouties.

Ceux qui ne pourraient se rendre à Monaco pour vivre “en live” ce rendez-vous pourront le faire de chez eux en se connectant à la chaîne Youtube de l’OPMC (ou en cliquant directement sur la vidéo ci-dessous) qui diffusera en direct l’intégralité du concert.

Le pays des Tsars sera encore à l’honneur la semaine suivante : le programme Russie de toujours permettra d’entendre à nouveau l’auteur de Casse-Noisette, ainsi que Prokofiev et Glinka, en compagnie du jeune pianiste Alexandre Kantorow (en résidence à Monaco cette saison) et du chef Jérémie Rhorer, le dimanche 16 mai à 15h, toujours à l’Auditorium Rainier III.

(photo Une : Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo © OPMC)