La grande évasion

La grande évasion

Vous le savez déjà, le Théâtre de Grasse n’a pas attendu la crise sanitaire pour avoir envie de prendre la clé des champs. C’est qu’il est beau et multiple le Pays grassois, e et offre bien des richesses le long de ses coteaux parfumés. Voilà donc l’équipe de Jean Florès qui s’échappe de nouveau hors les murs, du 4 juin au 7 août, à l’occasion d’un festival de rue baptisé Les Evadées. Une manière de répondre à toutes sortes de contraintes logistiques dues au Covid et de se faire plaisir, un peu partout, en toute liberté et gratuitement. Et c’est Oxmo Puccino qui ouvre le bal, ce vendredi 4 juin !

Que vous propose-t-on lors de ces Evadées ? Du spectaculaire, de l’acrobatie, voire du pyrotechnique. Autant utiliser la 3e dimension, quand on a le ciel comme toit… Mais pas seulement. On vous propose de fusionner avec votre environnement, d’y porter un regard neuf, à travers des créations absolument innovantes, et très près des choses. Les pieds sur terre, et la tête dans les étoiles, en somme.

35 spectacles, 70 représentations, 16 communes

Vous frissonnez dans la nature quand le soir tombe ? Rendez-vous au parc avec la cie ERd’O pour une virée nocturne forte en émotion à la suite du petit chaperon rouge. Au plus près des choses, vous dit-on ! La Cie Autour de l’Oiseau, constituée de deux musiciens ornithologues à leurs heures, vous entraîne dans une balade-concert (chant et saxo) gazouillante et charmante. La Cie Libertivore propose quant à elle un diptyque d’acrobaties aériennes où il est question d’une femme devenant arbre peu à peu (Hêtre) et d’une créature empruntant à tous les règnes, animal, végétal, minéral (Phasmes). Où sont les frontières, et où sont les limites du réel et du songe ? Quand la réalité s’efface, le virtuel prend le relais.

Rendez-vous cette fois-ci pour une immersion totale, et pour une bonne dose d’adrénaline ; casque de VR sur le nez, du haut des mâts des acrobates et des trapèzes, vous serez dans la peau de ces trompe-la-mort… C’est Hold On, de la Cie Fheel Concepts. Autre assimilation, autre fusion : dans Orange Street Pantone, la Cie Promenade d’artiste vous propose un « dialogue avec une ville, un monument, un paysage », par le biais des danseurs-architectes, parés d’orange. Le genre de rencontre du 3e type que l’on aime, suscitant la méditation sans oublier la part ludique du street art.

Quand on est à l’extérieur, on peut avoir une pensée pour ceux qui sont entre quatre murs. L’artiste Luc Bénard a rencontré et fait danser les détenus de la prison de Grasse, sur les compositions électro-acoustiques de Sarah Procissi. C’est Ma vie rêvée, de la Cie Humaine. Parce que l’âme humaine est le plus beau des paysages… Nourrissez la vôtre à la source des mots d’Oxmo Puccino, qui nous lit des extraits de son 1er roman Les réveilleurs de soleil, en ouverture de ces Évadées ! Puis embarquez dans le Bus d’Hélène, pour écouter cette fois-ci des extraits de La Prose du Transsibérien, de Blaise Cendrars, récit nomade du routard d’entre les routards à travers les steppes… Bonne évasion !

4 juin au 7 août, communes du Pays de Grasse. Rens : lesevadees.theatredegrasse.com

(photo Une : Ma vie rêvée, Cie Humaine © Nathalie Sternalski)

Tags: