Jacques a dit : la parole est à vous

Jacques a dit : la parole est à vous

Durant 5 jours, le spectacle de rue vient aux passants depuis le Forum Jacques Prévert jusqu’au centre-ville de Carros et aux alentours. C’est qu’au Forum, Dieu sait si l’on aime les mots, quand on a pris le nom de celui qui nous berçait de ses paroles. Ici, on sait invoquer des mondes, des voyages, des fous rires… Qui dit spectacle de rue dit liberté et gratuité, et spectacles à voir en famille. Alors ? Jacques a dit, viens !

“Ha ! non, je n’ai pas dit Jacques a dit“… Lorsqu’on parle du pouvoir magique du mot, tout est là ! On interdit ou autorise d’un mot depuis l’âge des culottes courtes. On l’a tous fait… Ou encore Abracadabra ! À l’aide du mot magique par excellence, on transfigure la matière. Regardez Nicolas Stutzmann, dans Verballons. Il maîtrise la langue des ballons. D’un mot, il transforme un conte, une histoire, tandis qu’il crée des formes avec ses ballons. Qui transforme l’autre, du mot ou de l’objet ? Le même Nicolas nous offrira une frétillante installation de poissons-ballons, l’Atelier-Thon.

Le conte, le récit tient une grande place lors de ce festival. Vous y croiserez des griots de tout poil, et en divers véhicules… La Cie Lardenois se promène dans son camion à histoires. Là, elle vous partagera Gaïa, ou les aventures de ce petit garçon, venu à eux d’on ne sait où, ayant franchi montagnes et vallées profondes pour délivrer son mystère.

Les mots divisent, puis les mots réconcilient, tout dépend de l’ouverture sur le monde que l’on a. Babïl, c’est l’histoire revisitée de la tour de Babel. Ou comment les Hommes ont soudainement cessé de se comprendre, et perdu leur entente à l’unisson. Mais nos deux gars, Tohu et Bohu, dans leur langage inventé et pluridimensionnel, vont rétablir le lien, entre eux et vous, puis, entre tous.

C’est bien ce que dit la Cie Caracol aussi, dans Ta langue est ton cheval : que l’on peut toujours se comprendre, pourvu que l’on maîtrise la langue du cœur. Peu importe quel idiome on parle, ne fût-ce que la langue des signes. Il y a encore Aurore, dans Et toi tu même ?, dont le destin est carrément lié aux contes que les clients de passage voudront bien raconter dans le café de ses parents. Quels secrets sont enfouis ici, attendant la bonne parole pour se révéler ? Peut-être un chaudron d’or…

C’est comme dans Les mille et une nuits et le «Sésame, ouvre-toi» : un mot, pour un trésor… Après, le trésor peut être immatériel, car ici, on n’est pas vénal, on se nourrit de beaux airs. Une chanson pourra faire l’affaire. Surtout si elle est créée et improvisée pour vous : c’est Le concert dont vous êtes l’auteur d’Arthur Ribo. Dans la même veine, les compères de Pic Nic Production se baladent avec des récitals a capella, en impromptu, et des chansons à la carte, que vous choisirez. Suffit de regarder le menu. C’est Garçons, s’il vous plait ! Une chanson, un poème, c’est parfois tout ce qu’il faut pour être heureux. Voire un seul mot, s’il est beau ! S’il est bien dit. Au début fut le verbe, dit la voix divine… N’en déplaise au mime Marceau (que l’on aime bien quand même).

15 au 19 sep, Carros & Moyen-Pays. Rens : forumcarros.com

(photo : Ta langue est ton cheval, Cie Caracol © P. Acobas)

Tags: