L’exposition qui a la frite !

L’exposition qui a la frite !

Si Bruxelles est capitale de l’Europe, elle fut aussi celle de la photographie et de la BD. Et voilà qu’aujourd’hui, son surréalisme nous révèle des poètes et des plasticiens qui sont parvenus à créer un courant que l’on retrouve au CIAC de Carros, du 3 février au 16 juin, à l’occasion de l’exposition Matières Premières, The Belgian Connexion.

La communauté belge est très présente en Région Sud PACA et principalement dans les Alpes-Maritimes. À l’inverse, beaucoup de jeunes créateurs de la région se sont installés à Bruxelles et en Belgique, où il est plus facile (mais de moins en moins) de trouver des espaces plus abordables pour travailler. Aussi, mettre à l’honneur les arts visuels belges au CIAC de Carros est tout ce qu’il y a de plus naturel, le Plat Pays étant un vivier très important pour la création contemporaine. Matières Premières est donc l’occasion d’exposer un panel d’artistes confirmés et émergents qui qui témoignent du dynamisme de cette « scène », d’où le sous-titre The Belgian Connection.

Le titre même de cette exposition pose la problématique de la matière comme support ou matériau de création, autant que comme vecteur de diffusion d’un message artistique. Par moment, leur intervention pourrait s’apparenter au moindre geste : donner sens par une action parfois minimale à des matériaux usuels tels que le béton, le bois brut, le caoutchouc, la paraffine… Mais l’autodérision de certains nous rappelle que la Belgique est le pays du surréalisme : « Dès l’entrée de l’exposition, un Cabinet des Belgitudes invite sans tarder le visiteur à se plonger dans un univers où le sourire est le maître mot. Par une sélection de travaux les plus originaux, les plus singuliers les uns que les autres, le visiteur capte immédiatement l’âme belge. Un condensé d’humour artistique, mais non dénué de (bon) sens et d’esthétique« , indique Philippe Marchal, commissaire de l’exposition.

Ce rendez-vous, présenté dans le cadre de la Présidence belge du Conseil de l’Union Européenne, n’est-il pas aussi une manière de renforcer les liens entre nos deux pays ? Le fait que plusieurs œuvres des collections du CIAC soient mises en dialogue avec celles des artistes belges en est la preuve. Cette volonté de resserrer les liens se retrouve également dans le projet de mail art (art postal) mis en place durant toute la durée de l’exposition : Poste (non)restante. En effet, les échanges épistolaires, à l’inverse de la modernité qui n’a de cesse de tout dématérialiser, concrétisera ces liens comme pour leur rendre une force, une vérité et en faire une concrétion humaine et créative. D’ailleurs chaque visiteur est invité à créer sur place, avec tout le matériel nécessaire mis à sa disposition, un envoi postal original qui sera déposé dans une véritable boîte aux lettres belge au CIAC. Celui-ci sera ensuite oblitéré, dans les deux pays, pour marquer les liens artistiques et amicaux forts entre la France et la Belgique.

Matières Premières permet de faire la connaissance avec une cinquantaine de créateurs belges et de redécouvrir une partie de la collection du CIAC à la lumière de cette Belgian Connection. Ne manque qu’une chose : le parfum des gaufres, des frites, de la carbonade, et le son familier de la bière qui coule dans nos verres…

3 fév au 16 juin, Centre International d’Art Contemporain (CIAC), Carros. Rens : ciac.ville-carros.fr

photo : Sans titre Léa Tridetti, 2015 Tapisserie, pages d’annuaires téléphoniques, 110 x 160 cm 

Tags: