La saga maeght : 60 ans d’art

La saga maeght : 60 ans d’art

Le 28 juillet 1964, à Saint -Paul de Vence, la Fondation Maeght ouvrait grand ses portes en offrant une « maison » aux artistes. Pour célébrer ses 60 ans, celle qui fut la première fondation d’art moderne et contemporain en France, inaugurée par André Malraux, accueille l’exposition-événement Amitiés, Bonnard-Matisse, dévoile quatre nouvelles salles d’exposition, et déroule un programme festif célébrant la rencontre des arts, vœu qui n’a jamais cessé  d’animer ce lieu exceptionnel. 

Ce prisme de l’amitié scellé par ses fondateurs Aimé et Marguerite Maeght est emblématique de l’esprit de cet endroit unique et intemporel de la Côte d’Azur, créé par et pour les artistes. « Une merveilleuse aventure », c’est ainsi qu’Aimé Maeght (1906-1981), orphelin de guerre devenu l’un des plus grands marchands d’art du XXe siècle, aimait à décrire leur vie consacrée toute entière à l’art et à la promotion des artistes. Leur petite fille Yoyo Maeght a abondamment écrit sur l’histoire de la famille et rappelle la naissance du projet. Anéantis par le décès de leur petit garçon en 1953, c’est George Braque qui va donner au couple la force et le désir de dépasser leur douleur : « Puisque vous avez tant envie de faire quelque chose qui n’aurait pas de but spéculatif, qui nous permettrait à nous les artistes d’exposer de la sculpture et de la peinture dans les meilleures conditions possibles de lumière et d’espace. Faites-le, je vous aiderai« . Sur les conseils de Fernand Léger, les époux Maeght s’envolent aux États-Unis visiter des fondations américaines. C’est Joan Miró qui recommandera son ami architecte Josep Lluis Sert pour dessiner les plans de la Fondation entièrement financée par les Maeght qui la souhaitaient baignée dans la lumière de la Méditerranée. Ici s’écrit l’histoire exemplaire d’un lieu novateur et révolutionnaire où les artistes ont personnellement participé à sa conception et à sa réalisation, chacun s’appropriant un espace de la future fondation. Miró, Chagall, Giacometti, Braque, Calder ou encore Léger y ont trouvé un terrain de création d’action idéal où les salles et les jardins dialoguent dans l’harmonie la plus parfaite, face au village de Saint-Paul de Vence… Un lieu qui raconte la permanence de l’art étroitement lié à la vie la plus simple : d’expositions en Nuits de la Fondation (danse, théâtre, musique…), de pique-niques en grandes tablées… 

Le choix d’Adrien Maeght, mémoire émouvante d’une époque grandiose et actuel Président de la Fondation, pour célébrer ce 60e anniversaire ramène à l’essence même de la Fondation qu’il préside. Car l’exposition retrace les liens si intimes qui unissaient ses parents à Pierre Bonnard et Henri Matisse, figures tutélaires d’Aimé Maeght, qui l’ont épaulé dans ses démarches, tout en mettant l’accent sur la relation amicale et respectueuse nouée entre les deux artistes. Elle souligne les particularités de chacun dans leur approche esthétique des mêmes sujets : les autoportraits, la rue, la lumière du Midi, le peintre et son modèle… et révèle de nombreuses œuvres et documents rares, prêts exceptionnels accordés pour l’occasion.

Au cœur de ce lieu symbole d’ouverture à toutes les disciplines, l’esprit se perpétue encore et toujours puisqu’un mois de festivités est annoncé : concerts (The Libertines, Gilles Peterson, Marina Trench, Orchestre National de Cannes, Macha Gharibian…), spectacle de danse par Gerard & Kelly, lectures, projections… Un souffle consolateur de liberté qui ne saurait traduire la nostalgie et l’inquiétude qui nous habitent en cette période déconcertante.

Exposition, 29 juin au 6 oct • Festivités 60 ans, 3 juil au 15 aou. Fondation Maeght, Saint-Paul-de-Vence. Rens: fondation-maeght.com

photo : Aimé et Marguerite Maeght au dîner d’inauguration de la Fondation Maeght, 1964 – archives Fondation Maeght