[INTERDIT] Ta-ta-ta-tiiiiin !

[INTERDIT] Ta-ta-ta-tiiiiin !

Malgré ” l’interdiction ” faite aux lieux culturels de rouvrir leurs portes le 15 décembre, et pour marquer notre mécontentement, nous avons décidé de publier les articles concernant les événements qui n’auront pas lieu, en apposant cette mention [INTERDIT] dans le titre. Nous n’avons plus envie de simplement nous adapter et de taire les efforts engagés par des centaines d’artistes, de programmateurs, de producteurs, de salariés du secteur culturel pour cette reprise. Leur travail est fait, le nôtre aussi… Pour rien !

Annulé, le spectacle Ce sourd entendait l’infini, programmé initialement à Châteauvallon, aura finalement bien lieu… en l’église Saint Jean-Bosco de Toulon, ce dimanche 20 décembre 2020 à 17h ! Parallèlement à la messe qui y sera célébrée pour le 250e anniversaire de la naissance de Beethoven, la paroisse du Mourillon ouvre généreusement ses portes au quatuor d’Ami Flammer. L’entrée sera gratuite, mais limitée au nombre de places disponibles dans le strict respect du protocole sanitaire en vigueur. L’ouverture des portes se fera dès 16h pour éviter toute file d’attente. Quand le Culte est solidaire de la Culture…

2020, outre son statut d’annus horribilis, était accessoirement l’année du 250e anniversaire de Ludwig van Beethoven. Alors que le Théâtre de Grasse et le scène nationale Chateauvallon – Liberté rendent hommage au Kaizer, c’est aussi l’occasion de revenir sur sa vie et son œuvre, ou comment un sourd a réussi à créer certaines des œuvres les plus monumentales de la musique classique.

Dans la catégorie des anecdotes historiques qu’on apprend étant jeune, certaines marquent plus que d’autres. La guerre perdue de l’armée australienne contre les émeus, la fistule anale de Louis XIV (oui, oui, vraiment) et bien sûr la surdité précoce de Beethoven. Parce qu’apprendre qu’un des plus compositeurs de l’Histoire écrivait tout au feeling alors que vous n’arrivez pas à claquer trois accords sur votre guitare a de quoi pousser à se remettre en question. Malgré son handicap, un père alcoolique et une dépression, le Ludwig a quand même jeté les bases du romantisme en musique et révolutionné la musique de chambre.

Pour rendre hommage à ce personnage hors-normes, le Théâtre de Grasse nous a concocté la soirée Beethoven 250. Au programme, le pianiste David Bismuth, accompagné des Solistes de l’Orchestre Prométhée, reprendra la Sonate No. 14 Au Clair de lune et le Concerto N.3 Op.37 de Beethoven, en saupoudrant le tout d’une pincée de Bach et de son Concerto piano et quintette à cordes BWV1056.

Le même jour, même heure, mais à l’autre bout de la région, le théâtre couvert de Châteauvallon accueille le spectacle Ce sourd entendait l’infini, imaginé par le violoniste renommé Ami Flammer — qui fête également les 300 ans de son Guarnerius. Entouré de ses trois amis Paul Serri au violon, Michel Michalakakos à l’alto et Diana Ligeti au violoncelle, il nous invite à vivre les trois derniers quatuors à cordes du maestro : les opus 131, 132 et 135.

Beethoven 250: 20 déc 17h, Théâtre de Grasse. Rens: theatredegrasse.com / Ce sourd entendait l’infini: 20 déc 17h, Chateauvallon, Ollioules. rens: chateauvallon-liberte.fr