Petites et grandes histoires de céramiques

Petites et grandes histoires de céramiques

La Villa Sauber, l’une des dernières villas Belle Époque du Rocher abritant depuis 1972 le Nouveau Musée National de Monaco, accueille jusqu’au 21 février 2021 une exposition sur la céramique monégasque et du monde, s’inscrivant dans la grande Histoire de cet art du feu ancestral. Profitez-en, c’est en accès libre en ce moment !

Intitulée Artifices Instables, Histoires de Céramiques, l’exposition dévoile un parcours mêlant une collection d’artefacts majoritairement prêtés, témoins d’expérimentations quasi alchimiques qui varient d’un créateur à l’autre, avec de passionnants récits éclectiques transversaux. À travers une sélection de plus de 120 pièces d’artistes internationaux, le commissaire Cristiano Raimondi a pensé une scénographie à mi-chemin entre atelier et cabinet de curiosités, conçue avec l’aide de deux designers, le Suisse Adrien Rovero et le Chypriote Michael Anastassiades.

Les recherches plastiques, réfléchies ou hasardeuses et les transmutations instables présentées ici confèrent une valeur symbolique à la terre, médium malléable qui n’atteint qu’après cuisson un état inaltérable. Devenue céramique, elle conserve toujours à travers ses métamorphoses et les inventions que lui ont fait subir ses créateurs la mémoire de son artificialité et de ses altérations chromatiques. Les histoires de céramique que conte cette exposition abordent les thèmes de l’ambivalence entre l’art et l’artisanat, l’opposition entre authenticité et artificialité et la convergence de la tradition avec la contemporanéité. Une publication co-éditée par le NMNM et Mousse Publishing avec des textes d’auteurs divers accompagne l’expo.

La céramique est née à Monaco de la volonté de promouvoir la Principauté lors des expositions universelles à partir de celle de Vienne en 1873, ce qui justifia en 1874 la création d’une fabrique de Poteries artistiques sous la responsabilité des époux Fisher, qui firent surgir de leurs pièces des décors floraux et animaliers très colorés tout en figeant dans la terre les produits phares du terroir comme le citron et le raisin représentés dans une paille tressée émaillée.

Le 1er étage de la Villa présente le style Fisher à l’instar des Modernités américaines de Ron Nagle, des pièces magmatiques de Brian Rochefort, de Johan Creten ou du style mythologique de Simone Fattal. Le RDC est quant à lui consacré à Picasso, à la 2nde Poterie de Monaco dirigée par Eugène Baudin, au “céramiste fou de Biloxi” George Ohr, au méconnu Albert Diato, voisin de Picasso à la Madoura, à Magdalena Suarez Frimkess, à Chiara Camoni et ses vases-sculptures de Montelupo, et au psychédélisme d’Aaron Angell.

Jusqu’au 21 fév 2021, Villa Sauber – Nouveau Musée National de Monaco. Rens: nmnm.mc

(photo Une : Vue d’exposition Artifices instables, Histoires de céramiques, Johan Creten © NMNM, Andrea Rossetti, 2020)

Tags: