Soyons désinvoltes, n’ayons l’air de rien…

Soyons désinvoltes, n’ayons l’air de rien…

Cet été, la Culture va encore permettre à tout un chacun de faire une pause, de respirer au rythme des vacances… Depuis quelques temps, surtout dans l’après-covid, notre quotidien ressemble de plus en plus à un film de science-fiction, à une dystopie. Aussi aurons-nous bien gagné le droit de faire la fête ! N’oublions pas que même si certains nous ont déclaré que la Culture n’était pas essentielle, elle reste notre bien commun, notre lien social quoi qu’on en dise. Ne soyons pas pessimistes mais observons tout de même les mouvements des troupes, car bien souvent les vacances servent à faire passer des mesures impopulaires… Alors, en haut lieu, on mise sur l’abrutissement de masse, oups, excusez-moi sur « l’entertainment  » ! On souhaite que la Culture devienne de « l’événementiel » pour que les moutons regagnent sagement leur enclos.

Pourtant les concerts, les ballets, la littérature, le cinéma, les performances, les arts plastiques… sont là pour nous réunir, nous émouvoir, nous questionner et tout compte fait, nous détendre pour penser. Mais autrement. Sans pression.

Cet été, il y en aura pour tous les goûts, pour toutes les bourses. Tous les acteurs culturels ont sorti leurs plus beaux habits pour vous. Cette saison n’est-elle pas celle des festivals par excellence ? Ce numéro vous en présente sur presque toutes les pages. Pour les visiteurs qui viendront cet été, c’est une bienvenue que nous leur souhaitons, tant il y a d’offres en tous genres. Quant aux locaux, ils pourront aussi prendre connaissance des futures saisons théâtrales, d’opéra, de classique… Pour faire vos choix d’abonnements… Des présentations de saisons que nous continuerons de décliner dans notre prochaine édition, en août. 

Dans ce Pays des Paradoxes qui fait sa promotion par le biais du jazz, pour ses festivals qui sont les plus anciens du globe, il n’y avait presque plus de clubs de jazz… Mais en voilà un qui ouvre avec une belle histoire : La Trinquette Jazz Club nous rappelle un peu la Belle Équipe, ce film de Julien Duvivier, voire les caves de Saint-Germain, tant le jazz et les amis vous y attendent chaleureusement dans le petit port de Villefranche qui n’a pas encore été colonisé par les stars de pacotille. Allez-y respirer la paix, la convivialité et surtout… La musique… Le jazz. 

C’est un exemple qui vous prouve que notre région est à découvrir ou à redécouvrir encore et encore. Car ici, heureusement, ceux qui créent ont le mérite de se foutre de la médiocrité de certains dominants qui ont oublié depuis longtemps ce que vivre ensemble veut dire. Parce les artistes nous font vivre nos rêves quand les puissants voudraient que l’on se contente de rêver nos vies. 

L’été est une pause, peut-être grâce au tourisme, qui reste paradoxalement une garantie pour la Culture car c’est peut-être le dernier secteur qui se rend compte de son importance… Je ne suis pas naïf, je ne pense pas que ce soit uniquement pour la beauté de l’Art, mais certainement parce que les créateurs sont un véritable moteur pour l’attractivité de notre région. N’en sont-ils pas les meilleurs promoteurs ? 

C’est pour cette raison que nous vous invitons à sillonner le Var, les Alpes Maritimes et la Principauté, sans préjugé aucun, car de la plus petite gargote au Palais le plus luxueux, vous y rencontrerez la création, l’imaginaire, la différence, l’émerveillement… Il suffit de prendre le temps. Nous espérons pouvoir vous guider dans cette multitude et vous accompagner pour que cet été soit un songe à vivre éveillé.

En somme, nous vous souhaitons la Culture, l’imagination, la découverte et la liberté. Parce qu’elles sont essentielles à notre vie, à notre vouloir-vivre commun, par les émotions qu’elles nous font partager. Parce qu’être ensemble est un bonheur. Profitons-en tant que c’est encore possible. Demain, peut-être, pour des raisons sanitaires, de soi-disant sécurité, pour lutter contre les nuisances sonores ou les atteintes à l’ordre public, on nous l’interdira… Qui sait ? Alors, comme le disait un chanteur maudit : « Soyons désinvoltes, n’ayons l’air de rien… » Et profitons de l’été.