Highway to Hell

Highway to Hell

Cet été l’autoroute sera-t-elle celle des vacances ou de l’enfer ? Choisissez votre destination et… Allez voter !

L’été des festivals a subi des coupes massives, les Olympiades ayant trusté une grande partie les forces de l’ordre… C’est à se demander comment sera assurée la sécurité du territoire tant tout est concentré sur la Capitale, tant ces jeux ont des relents « berlinois » au vu des idées qui circulent et des guerres qui nous cernent. Certains festivals ont été purement et simplement annulés et beaucoup d’autres adaptent leurs dates. Retrouvez-en une sélection dans ce numéro, ainsi qu’un aperçu des expositions à visiter et quelques annonces de saison, pour vous permettre d’oublier quelques instants une actualité toxique. Profitez bien de cet été de liberté qui pourrait être le dernier. L’avenir s’obscurcit dangereusement. Il reste une solution pour que le futur nous sourisse : aller voter ! Tous ceux qui nous lisent connaissent notre position. Mais l’exprimer directement nous ferait conspuer, à l’instar des footballeurs qui se sont prononcés ces derniers jours. Il semblerait que certains eussent préféré qu’ils restent neutres. Le peuvent-ils dans un monde où, dans les stades, des individus font, bras tendu, des cris de singes quand ils jouent ? Le pouvons-nous encore, nous aussi ? Car quand on constate les licenciements de certains journalistes, directeurs d’édition ou d’humoristes, on peut craindre le pire…

L’amnésie internationale frappe la Planète tout autant que les changements climatiques. Le chacun pour soi répond à la terreur du devenir de notre monde. La solidarité n’est plus tendance. On lui préfère l’insulte, le clash, le rejet de la différence… Toute cette violence dans les idées, les paroles, et pire, dans les actes, inquiète sérieusement voire révolte un grand nombre d’entre nous. Ces personnes ont-elles des proches malades, des enfants ou des grands-parents ? Savent-elles que ces derniers seront les premières victimes d’une issue violente ? Mais d’ailleurs, réfléchissent-ils vraiment ou se contentent-ils d’être « influencés » par des crétins qui font leur beurre sur les réseaux sociaux ? Comment un tel cauchemar est-il possible ? Pourquoi n’avoir laissé que 21 jours à la démocratie pour se sauver ? 

Trop d’ego, voilà le problème. Et le décès d’Annie et Ben Vautier nous le rappelle: l’ego est mauvais conseilleur. Ces deux-là ont lutté une vie durant contre cela en essayant, dès qu’ils le pouvaient, d’installer le débat, l’échange et le partage. Cette période ressemble au silence, avant la catastrophe, elle vide les corps et les cerveaux… Alors dansons, chantons, aimons-nous avant qu’il ne soit trop tard. 

Que cet été 2024 reste gravé dans nos mémoires pour les dernières joies qu’il pourrait encore nous procurer. Comme le disait un des personnages de La Haine : « Un homme chutant du 40e étage se disait « jusqu’ici tout va bien… jusqu’ici tout va bien… ». Mais le plus important, c’est l’atterrissage ! » Et la rentrée en sera un sévère avec l’arrivée dans le jeu d’un autre fou furieux vulgaire, stupide, inique et violent : Trump. On sent bien que les « dominants », les fameux 1%, ont opté pour la force, pour que le peuple arrête de demander son dû. Et si nous continuons à « pleurer misère », ils nous enverront à la guerre. C’est la manière traditionnelle qu’ils ont toujours adoptée, au travers de l’Histoire, pour gérer la démographie et les problèmes sociaux. En plus, la période est rêvée pour eux : tous les dictateurs se mettent peu à peu en place avec l’assentiment des peuples qui, comme des moutons, suivent les influenceurs et autres leaders d’opinion de pacotille installés au firmament des médias et des réseaux sociaux. « Voilà Voilà qu’ça’r’commence« , chantait le regretté Rachid Taha. 

Alors, allez voter, pour que l’autoroute soit celle des vacances et pas celle de l’enfer !