I am a man – Ben Williams

I am a man – Ben Williams

Cela fait quelque temps que j’ai un regard attentionné sur Ben Williams. Son prix au fameux Thelonious Monk International Jazz Bass, décerné par un jury de maîtres, lui avait ouvert la porte chez Concord pour deux albums de qualité. Un casting classieux avec, entre autres, Marcus Strickland, Matthew Stevens, Gerald Clayton, Jamire Williams, Christian Scott, Christian Sands… Un univers résolument jazz, mais déjà parsemé de touches funky ou hip-hop. Pour ce troisième opus, fini Concord, fini les costards gris ajustés et la cravate. I am a man présente son visage sobrement sur la pochette en fond noir, chemise détachée et cravate ouverte. « Pay the coast to be the boss » sont les premiers mots qu’il prononce. Parce qu’il a une belle voix ce jeune homme, en plus de jouer divinement de la contrebasse ! Une nouvelle qualité qu’il dévoile rapidement sur If you hear me. Au travers de cet album, c’est tout son univers musical qu’il nous offre. Sans limite. Avec même une belle reprise de The death of Emmette Till de Dylan. Un peu rock, un peu soul, un peu rap, avec toujours des musiciens haut de gamme : Strickland, Jamire, auquels s’ajoutent Kris Bowers, Keyon Harrold ou Justin Brown. Un petit bijou qui me confirme que l’artiste Ben Williams est vraiment à suivre, et que l’homme le devient tout autant.

I am a man
Ben Williams
Rainbow Blonde Records