Dans l’ombre du peintre… le sculpteur

Dans l’ombre du peintre… le sculpteur

Pour la première fois en France depuis les années 70, le Musée Matisse consacre une exposition à la sculpture d’Henri Matisse, une part importante de son oeuvre encore trop méconnue.

Plus que nul autre, Matisse sut découper l’espace en masses colorées et intégrer le cadre d’une fenêtre comme une trouée dans le tableau ou la possibilité de son expansion vers sa réalité extérieure. De l’espace au volume, l’artiste se livre bien à une réflexion complémentaire et il n’est pas étonnant que Matisse s’intéressât à la sculpture. Par ses gouaches sur papiers découpés, il s’affranchissait du pinceau, et par la sculpture, il ciselait l’espace et paradoxalement retrouvait les lignes et les courbes dans la même justesse que dans ses dessins.

Les sculptures de Matisse restent peu connues. Il rencontra Rodin, mais surtout, il suivit l’enseignement de Bourdelle et se lia d’amitié avec Maillol. Matisse fut aussi l’un des premiers à s’intéresser aux arts primitifs. “Comparativement aux sculptures européennes qui dépendent toujours du muscle, de la description de l’objet d’abord, ces statues nègres étaient faites d’après la matière, selon des plans et proportions inventées“, écrivit-il. Ce sont donc quelque 84 pièces que Matisse réalisa entre 1900 et 1950, dont la plus grande partie est conservée à Nice. Cette exposition, réalisée en partenariat avec le Kunsthaus de Zurich, permet non seulement de découvrir les sculptures de Matisse, mais de comprendre ce lien qui exista chez lui entre le dessinateur, le peintre et le sculpteur. Les oeuvres sont ainsi mises en perspective et des photographies et sculptures non-occidentales ayant appartenu à Matisse sont également présentées et permettent de mieux comprendre son cheminement.

Rares sont les peintres qui surent équilibrer aussi savamment les zones de plein et de vide. Cette découpe à l’intérieur de la matière en oeuvre dans les sculptures accompagna donc peut-être les recherches picturales de Matisse. L’intérêt de cette exposition ne réside pas seulement dans la présentation de ces sculptures, mais également dans ce qu’elles disent du travail du peintre. La mise en parallèle de certaines d’entre elles avec quelques tableaux est à cet effet particulièrement éloquente.

Parallèlement à l’exposition, le parvis nord du Musée accueille tout l’été des soirées artistiques, des ateliers et le festival Nice Classic Live. Concerts des musiciens de l’Opéra de Nice, soirées baroques, créations dansées par les la Cie Antipodes, la Cie Trans et la Cie Humaine, mais aussi déambulations artistiques, piques-niques musicaux et propositions créatives de la Cie Voix Public jalonneront cet été À l’ombre de Matisse. Cette dernière a créé tout spécialement une déambulation théâtrale sur les traces de ce cher Henri. Une Balade avec Matisse, qui commence devant les Arènes de Cimiez, s’aventure dans les allées du jardin, de ses oliviers, et se conclut dans le jardin du Monastère. Tout au long de cette promenade artistique, un comédien campant le rôle du célèbre peintre s’empare de ses mots et de ses oeuvres, évoquant les moments clefs de sa vie niçoise. Toutes ces approches pluridisciplinaires interrogent les formes de la création et font écho à l’exposition Matisse Métamorphoses.

Jusqu’au 15 sept, Musée Matisse, Nice. Rens: musee-matisse-nice.org