C’est Beaulieu, c’est classique, c’est festival !

C’est Beaulieu, c’est classique, c’est festival !

Chrystelle Couturier, directrice artistique du Beaulieu Classic Festival, a élaboré un programme qui célèbre la musique de chambre et fait la part belle à une rencontre festive accessible à tous.

La journée de lancement sera une grande fête pour les berlugans, avec un concert gratuit en plein air sur le sable de la plage de la Petite Afrique, qui mettra à l’honneur les instruments à cordes avec Les 4 Saisons de Vivaldi et une sérénade de Dvořák. Les musiciens de l’orchestre à cordes de l’Opéra de Toulon seront réunis autour de leur super-soliste, la violoniste Laurence Monti, pour un moment de partage musical.

Au rendez-vous du festival, des grands classiques avec le Quatuor Arod. Créé en 2013, formé par leurs aînés (Quatuor Artemis, Quatuor Ebène), il figure parmi les plus prometteurs de la nouvelle génération en France. Qu’ils abordent des pièces hautement virtuoses ou recueillies, ils parviennent à se mettre sur la même longueur d’onde.

Plus de 10 ans après avoir décroché le prestigieux Prix Clara Haskil, le pianiste Adam Laloum continue de séduire le monde entier et sera donc présent à Beaulieu. Ses reprises du répertoire romantique, de Schumann à Brahms, lui valent d’être chaleureusement salué par la critique. Prix du soliste instrumental de l’année aux Victoires de la musique classique, il y a trois ans, il est considéré comme l’un des plus grands talents de sa génération.

L’accordéoniste Félicien Brut, le contrebassiste Edouard Macarez et le Quatuor Hermès se retrouveront quant à eux au sein de la formation intitulée Le Pari des Bretelles, à l’affiche du Casino de Beaulieu pour l’ultime soirée. Un pari fou que d’imaginer l’accordéon, ce fameux “piano à bretelles”, trouver sa place dans tous les styles, tous les lieux, toutes les esthétiques musicales. C’est pourtant le pari qu’ont su relever ces générations d’instrumentistes dont ils sont les héritiers, de Tony Murena à Marcel Azzola en passant par celui qui, à lui seul, brille dans tous les répertoires : Richard Galliano.

Beethoven, Brahms, Haydn, Berg, Schubert, mais aussi Prokofiev et Piazzolla lors de cette dernière soirée, seront mis à l’honneur lors de cette série de concerts du 17e Beaulieu Classic Festival. La veille de la clôture, notez que c’est au Royal Riviera qu’il faudra se rendre pour assister à la traditionnelle soirée prestige et profiter du dîner de gala musical sur le thème Une soirée à Venise, forcément masquée…

12 au 19 sep, Beaulieu-sur-Mer & St Jean Cap Ferrat. Rens: beaulieuclassicfestival.com
(photo : Le Pari des Bretelles © Manuel Braun)