Un air do Brasil à Nice

Un air do Brasil à Nice

La 4e Mostra Brésilienne se tient au 5 Rue du 24 Mars à Nice, ce samedi 26 septembre à partir de 19h30 ! Trois documentaires sont à l’affiche: Beat é protesto – O funk pela ótica feminina et Kris Bronze mettent avant les femmes, et Negrum3 montre la vie des jeunes noirs à Sao Paulo.

C’est bien plus qu’une programmation, c’est un véritable engagement“, nous explique La Casa Doc, association née en 2016. Pour la 4e année consécutive, elle organise cette séance de projections en plein air, en partenariat avec le Festival Curta Brasilia. La structure niçoise est d’autant plus ravie de pouvoir proposer cette 4e Mostra Brésilienne que le contexte actuel “politique et social brésilien, et sanitaire aussi est on en peut plus difficile“. Mostra veut dire montrer, partager. Le but du festival est donc d’exposer ce qu’il se passe, de poser un regard sur la société auriverde et de mettre en avant une culture brésilienne riche et variée.

La situation, tant politique, que sociale ou économique, bien soutenue par les absurdes décisions de son Président, se dégrade rapidement au Brésil. L’image de la femme régresse énormément. La Casa Doc a décidé cette année de travailler autour de ces thèmes, traitant par la même occasion la thématique des transgenres, devenus de réelles cibles pour le chef de l’État : “Jair Bolsonaro autorise leur exécution“, indique l’association. La haine et la violence sont encore très présentes au sein du pays. Casa Doc décrit comme “risqué” ce partenariat avec le Festival Curta Brasilia qui perdure malgré le climat brésilien extrêmement tendu. “La culture est la première chose que Bolsonaro a attaquée, c’est une vraie dictature qui est en place“. Le cinéma est très impacté, et les films présentés ne sont pas distribués sur les grands réseaux, qui même s’ils existent au Brésil, proposent une programmation assez orientée.

L’objectif de Casa Doc est de faire la promotion et d’aider au développement du cinéma documentaire de création. “On projette beaucoup de films, surtout des documentaires, dont la Mostra brésilienne, qui nous tient particulièrement à coeur. Nous proposons aussi de nombreuses activités d’atelier autour de genre documentaire et une partie production dans laquelle on produit des documentaires, sur le territoire, mais aussi ailleurs, comme L’étincelle de l’art en Tanzanie, par exemple.” Cette vitrine niçoise est d’une très grande importance pour le Brésil. Casa Doc est intimement liée a la culture du pays sud américain, et ce n’est pas par hasard. Certains membres de l’association (tous bénévoles) sont brésiliens. “C’est une association multiculturelle qui regroupe plein de monde, vous pouvez passer à l’occasion !” Une bonne humeur diffusée par des personnes chaleureuses et engagées.

Programmation

Beat é protesto – O funk pela ótica feminina (2018)
Le battement est une protestation – Le funk vu par les femmes
dir: Mayara Efe. 23 min.
Ce court documentaire est produit par une équipe féminine. Elles mettent en avant la scène underground des femmes de cette dernière décennie à São Paulo et les revendications qu’elles portent à travers ce courant de musical.

Kris Bronze ​(2018)
dir: Larry Machada. 23 min.
La marque de bronzage au ruban adhésif est la tendance de l’été au Brésil. Afin d’obtenir ce « bronzage parfait », Kelly Cristina s’occupe de tout et en ce jour, c’est la fête chez « kris bronzeamento », soirée exclusivement féminine.

Negrum3​ ​(2018)
dir: Diego Paulino. 22 min.
Negrum3 propose de plonger dans le défilé de rue des jeunes noirs de la ville de São Paulo. Un film court hybride sur la noirceur, la vie et les aspirations des enfants de la diaspora brésilienne.

La petite info en plus
Le scénariste transgenre brésilien Luh Maza a décidé de mettre en lumière, dans une campagne, le quotidien difficile d’un couple transgenre brésilien. Le but étant d’insister sur un message de paix et d’amour : #NoLoveShoulDieYoung. La durée de vie moyenne d’un transgenre brésilien étant de 35 ans face à 70 ans pour une personne hétérosexuelle !