Cyril contre Goliath

Cyril contre Goliath

C’est le titre du film réalisé par Thomas Bornot et Cyril Montana. Le 22 octobre, le Cinéma de Beaulieu accueille les deux hommes pour une projection du film suivie d’un débat, en partenariat avec votre journal La Strada.

Lacoste, village pittoresque du Lubéron, est en train d’être colonisé par le milliardaire Pierre Cardin qui rachète les maisons les unes après les autres aux habitants, prétextant vouloir sauver ce patrimoine historique. Voilà ce qui a poussé Thomas Bornot et Cyril Montana, écrivain parisien qui a grandi dans cette petite cité, à dénoncer les actes de cet homme sans scrupules. Cette situation qui dure depuis plusieurs années “peut être perçue comme un exemple de ce phénomène généralisé de prédation par les plus riches de lieux ou de biens immatériels qui auparavant étaient publics ou communs”, explique Thomas Bornot. Alors, avec sa caméra, il a mené l’enquête sur le terrain, en association avec Cyril Montana, afin de faire bouger les choses. En résulte une plongée dans ce village du sud de la France, au travers d’images d’archives, de témoignages d’habitants, d’artisans, de Pierre Cadrin et de sa famille… le tout à la sauce provençale, agrémentée d’une pincée d’humour noir.

Car, oui, c’est à mourir de rire — ou à pleurer — quand on voit Pierre Cardin sur le parvis du château en haut du village expliquant que les habitants sont des “petites gens” qui n’ont pas son “envergure internationale” ni son niveau… Qu’ils “ne sont pas grand-chose quand on les examine bien”… Ah ! Pardon ? Puis, lorsque plus jeune, il commence à nous raconter sa vie… Mais quelle vie ? Certainement en décalage avec 99% de la population, mais bon… On comprend pourquoi la tension est montée dans ce petit village et pourquoi il était temps mettre tout ça en lumière.

Selon Thomas Bornot, Cyril Montana, qui incarne le personnage principal du film, était tout choisi pour ce rôle, il était “un peu comme un Don Quichotte au pays de l’ultra-libéralisme”. Il a grandi à Lacoste, entouré d’artistes, de paysans, de notables et de hippies. C’est cette communauté hybride qui l’a construit et qui fait qu’aujourd’hui il est pris aux tripes par cette triste histoire. Les deux compères ont investi beaucoup d’énergie dans ce film, 5 ans d’une vie à batailler, à prendre des risques, à chercher des financements pour faire éclater la vérité. Et ils y sont arrivés, grâce au soutien humain, médiatique et financier de gens qui les ont suivis dans leur démarche, notamment grâce à une opération de crowdfunding.

Alors Don Quichotte ? Action dans le vent ou début d’une réaction en chaîne ? Pour en savoir plus et vous faire votre propre opinion, le Cinéma de Beaulieu et La Strada organisent un ciné-débat le jeudi 22 octobre à 20h. Car l’histoire de ce village “privatisé” par la famille Cardin soulève plusieurs questions. D’emblée, il nous rappelle Les furtifs, le dernier ouvrage d’Alain Damasio : “Partout où cela s’avérait rentable, les villes ont été rachetées par des multinationales pour être gérées en zones standard, premium et privilège selon le forfait citoyen dont vous vous acquittez…” Pierre Cardin, “saigneur” de ce village, caractérise cette mainmise des marques sur la société, lui qui fut précurseur de l’état d’esprit “corporate”. Mais surtout se pose ici le problème de la “gentrification” qui prend la création comme alibi pour modifier la sociologie d’un territoire. Vaste sujet qui sera évoqué en présence du réalisateur et du protagoniste principal du documentaire, qui nous rapporteront certainement les points de vue glanés lors de leur tournée promotionnelle à travers la France. Le combat continue !

22 oct 20h, Cinéma de Beaulieu. Rens: cinemadebeaulieu.fr & cyrilcontregoliath.com

Tags: