Mars aux Musées : une atmosphère synesthésique

Mars aux Musées : une atmosphère synesthésique

Mars aux Musées célèbre ses 20 ans ! Un drôle d’anniversaire puisque cet événement, imaginé par des étudiants pour des étudiants, propose traditionnellement d’aller à la rencontre d’artistes et d’oeuvres au coeur d’espaces muséaux niçois… En pleine crise de la Covid, la totalité de la programmation se déroulera donc en ligne, du 18 au 28 mars 2021. La thématique choisie ? Mars aux Musées donne le ton ! Entre musiques et couleurs, une 20ème édition 2.0

Festival plurisdisciplinaire unique en France, organisé par la Ville de Nice et les étudiants du Master 2 Evénementiel, Médiation et Ingénierie de la Culture de l’Université Côte d’Azur, cette 20e édition annonçait la couleur : la formule 2021 de Mars aux Musées sera hybride… Finalement, elle ne le sera pas, car si quelques événements étaient envisagés en présentiel, la situation sanitaire actuelle impose au festival un déroulement à 100% sur le web et les réseaux sociaux.

L’an passé, Mars aux Musées avait déjà été annulé juste après sa soirée d’inauguration, il n’était pas question pour les étudiants en charge de l’organisation de ne pas célébrer les 20 ans ! Quitte à réviser le concept du festival, qui est d’amener et d’accompagner — littéralement — le public jeune à la redécouverte des musées de la Ville de Nice… Pas de problème, si le présentiel est proscrit, le distanciel permet tout de même beaucoup de choses… Comme le fait d’impliquer un public encore plus large, et encore plus jeune, souligne l’équipe organisatrice : “Immergé dans une nouvelle ère portée sur le numérique depuis toujours, bercé par les nouvelles technologies, la digitalisation est un format qui met en confiance une grande partie de notre public cible, et qui, en ces temps de contraintes sanitaires importantes, s’est imposé comme le moyen de communication le plus adapté, et souvent le plus favorisé.”

Itinéraire musical et sensoriel

Le festival a décidé de bousculer les sens du public. C’est donc dans “une atmosphère synesthétique, dans laquelle leurs interactions et leurs sens seront immergés au sein d’un itinéraire musical et sensoriel dans huit musées niçois” que les spectateurs seront plongés. Petit moment “Science & Avenir” : c’est le neurologue américain Cytowic qui a découvert par le plus grand hasard le concept des synesthésies en 1980. Il était invité chez un pote lorsque ce dernier s’excusa que « le poulet n’était pas assez pointu ». Et là, bim, c’est la révélation : le pote en question associait les formes géométriques (ici le sens de la vue) au goût ! Pour simplifier, un synesthète mélange les sens : il peut voir des sons, goûter des couleurs, associer des couleurs à des lettres ou des chiffres… Bref, Mars aux Musées a bien l’intention de déstabiliser son auditoire, même si l’on peut regretter l’absence des odeurs ou du toucher que nos écrans sont à l’heure actuelle incapable de transmettre.

C’est donc par une soixantaine de vidéos interposées, réalisées en amont de la manifestation dans huit musées de la ville de Nice, que le public est invité à la découverte d’artistes, d’oeuvres et de lieux “entre musique et couleurs“… De l’inauguration au Musée Masséna, ce jeudi 18 mars à partir de 19h, qui nous immergera dans l’ambiance des “Années folles”, autour d’une soirée guidée par l’écrivain et dandy niçois, Jean Lorrain, à la clôture au MAMAC, le 28 mars, pour une plongée au coeur de la “pop culture”, en passant par un parcours entre poésie, musique et 8e Art au Musée de la Photographie Charles Nègre, le 26 mars, vous attendent une sélection de lectures, performances vocales et corporelles, concerts, représentations théâtrales, médiations et autres réjouissances en compagnie de plus d’une trentaines d’artistes !

Programme complet sur le site officiel marsauxmusees.fr et sur la page FB Mars Aux Musées

(photo Une : Julie Gautier, apnéiste, danseuse et cinéaste © DR)