Festival du livre de Nice : une 25e très politique

Festival du livre de Nice : une 25e très politique

“Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France.” Cette phrase célèbre, qui ouvre le premier tome des Mémoires de guerre du général de Gaulle, a inspiré le thème du 25e Festival du Livre de Nice, qui se déroulera du 17 au 19 septembre.

Ces quelques mots seront le point de départ d’une réflexion sur la vie de notre pays, de la part des romanciers, essayistes, biographes, poètes, historiens ou polémistes invités cette année. Prises de position, idées, mouvements politiques ou religieux, qui divisent ou au contraire rassemblent la France… une foule de romans, d’ouvrages sociologiques ou philoso-phiques, d’enquêtes journalistiques seront matière à nourrir les débats et rencontres : du Reste à ta place de Sébastien Le Fol à Les fossoyeurs de la République, Islamo-gauchisme, l’enquête inédite de Mohamed Sifaoui, en passant par La culture nous sauvera de David Lisnard, Le prophète et la pandémie de Gilles Kepel ou L’espérance est un risque à courir de Jérôme Cordelier

Une certaine idée de la France

Quelques lignes plus loin, De Gaulle écrira dans ses Mémoires de guerre : “Le côté positif de mon esprit me convainc (…) que, seules, de vastes entreprises sont susceptibles de com-penser les ferments de dispersion que son peuple porte en lui-même ; que notre pays, tel qu’il est, parmi les autres, tels qu’ils sont, doit, sous peine de danger mortel, viser haut et se tenir droit.” Que l’on soit de gauche ou de droite, amateur de l’homme ou non, force est de constater que cette analyse, qui a près de 70 ans – le 1er tome est sorti en 1954 –, résonne étrangement alors qu’un climat délétère (et je ne parle pas seulement du dérèglement climatique), divisant les français, règne actuellement. À quelques mois seulement d’une prochaine élection présidentielle, le Festival du Livre 2021 permettra peut-être de mettre à jour son “logiciel” sur la France, d’affiner ses opinions, en allant échanger avec des spécialistes de la question politique.

Grand intellectuel, incarnation de l’excellence française“, pour le directeur artistique de la manifestation, Franz-Olivier Gisbert, Jacques Julliard sera président d’honneur de cette édition 2021. Historien, essayiste, aujourd’hui éditorialiste chez Marianne et chroniqueur au Figaro, à 88 ans, ce témoin de notre temps, familier des grands “acteurs” de notre pays, vient de faire paraître Carnets inédits : 1987-2020 : Histoire, politique, littérature. Gageons qu’il aura énormément de choses à raconter !

200 invités pour 3 jours de festivités

C’est aussi ça, le Festival du Livre : écouter, voir, lire de nouvelles histoires… Durant trois jours les rencontres, dédicaces, spectacles, lectures, animations, projections et débats se succéderont à un rythme effréné. Impossible de citer les 200 invités, bien entendu, mais signalons la venue d’Amélie Nothomb, pour une rencontre au Centre Universitaire Méditerranéen. La romancière vient de faire paraître Premier sang, ouvrage dont le narrateur n’est autre que son père, Patrick Nothomb, diplomate belge qui, en 1964 au Congo, négocia avec les rebelles Simbas le sort d’otages dont il faisait partie. Roman à rebours, qui débute par le simulacre d’exécution dont il avait alors fait l’objet, Amélie Nothomb l’a écrit, comme un hommage à ce héros de l’ombre, après son décès en mars 2020, au début du 1er confinement.

Au rayon littérature, citons aussi pêle-mêle : Jean-Christophe Rufin (La princesse au petit moi), Zoé Valdès (Les muses ne dorment pas), Claire Castillon (Son empire), Daniel Picouly (Longtemps je me suis couché de bonheur), Vladimir Fédorovski (Amour et inspiration), Didier Van Cauwelaert (Le pouvoir des animaux), Régis Jauffret (Le dernier bain de Gustave Flaubert), Adèle Bréau (Haute saison)…

Et comment ne pas mentionner J.M.G. Le Clézio, né à Nice, Prix Nobel de Littérature en 2008 ! Lui nous parlera poésie, plus précisément des œuvres et auteurs chinois de la dynas-tie Tang qu’il approche dans son dernier livre : Le flot de la poésie continuera de couler. Une poésie également en bonne place avec deux spectacles à l’affiche : une lecture musicale autour du livre Et maintenant j’attends de Sabine Venaruzzo, et une lecture de discours et poèmes de Victor Hugo, délivrée par la comédienne et directrice du TNN, Murielle Mayette-Holtz.
La BD tiendra son rang avec le tandem Achdé et Jul, respectivement dessinateur et auteur du dernier Lucky Luke, Un cow-boy dans le coton. Énième aventure du célèbre cowboy, l’album traite d’une actualité hautement sensible qui conduit notre héros à se dresser contre le racisme dans le sud des Etats-Unis, face aux grands propriétaires et au Ku Klux Klan ! Au rayon 9ème Art, signalons aussi les invitations de Serge Scotto (Manon des sources), Jacques Ferrandez (Suites algériennes – 1962-2019) ou encore Loustal (Aux antipodes).

Côté littérature jeunesse, les Pyjamasques de Romuald seront de la partie, tout comme les aventures de Perla et les mots magiques, signées Susie Morgenstern, star incon-testée du genre, accompagnée de la dessinatrice Charlotte Roederer. Les plus grands, traversés par un tas de questions qu’ils n’osent pas toujours poser sur l’amour, l’amitié, la famille, le corps qui change et les craintes d’avenir, trouveront quelques salutaires réponses dans Vive les filles ! Le guide de Cécile Hudrisier, bien qu’il s’adresse aux jeunes demoiselles, pourrait très bien intéresser ces jeunes messieurs…

PRIX NICE BAIE DES ANGES
Parrainé et doté par la Ville de Nice, ce prix récompense chaque année un roman paru dans les 12 mois précédant le Festival du Livre de Nice. Décerné à Jean-Luc Barré parmi 8 romans en lice, il sera remis par Christian Estrosi en ouverture, le 17 septembre. Le corps d’origine raconte l’histoire de Guillaume Roussel, homme politique à qui tout réussit, jusqu’au jour où son nom est cité dans une lettre révélée après la mort d’un prostitué marocain par un site d’investigation réputé pour ses enquêtes sulfureuses. Mensonges, révélations, discréditations, acharnement, engrenage… Un exercice de politique-fiction que les amateurs de Marc Dugain et autres Jérôme Leroy devraient apprécier !

 

17 au 19 sep, Jardin Albert 1er, Nice. Rens: lefestivaldulivredenice.com

(photo Une : Jean-Luc Barré © JF Paga)

Tags: