Un pur concentré de musique

Un pur concentré de musique

Fondé il y a 11 ans par un prestigieux ensemble français, le Quatuor Modigliani, le Festival de Musique de Saint-Paul de Vence conserve une belle vitalité, en proposant six soirées de musique en plein air, dont deux consacrées au jazz et la musique du monde.

Soyons clairs, ce festival ne compte que des temps forts ! À commencer par le concert d’ouverture sur la Place de la Courtine, autour du répertoire baroque. Le violoniste Théotime Langlois de Swarte, qui joue de virtuosité aussi bien dans Vivaldi que dans les mélodies anglaises anciennes, sera en compagnie d’un complice de longue date, déjà passé par Saint-Paul, le claveciniste de l’ensemble Le Consort, Justin Taylor. Le programme révèle une large ouverture et curiosité à l’égard de tous les répertoires, de même qu’il indique leur prédilection pour la musique française.

Puis le jazz, autre marqueur du festival, prendra le relais, dimanche 24 juillet, avec la venue de la chanteuse et compositrice Cécile McLorin Salvant, lauréate de trois Grammy Awards. Dans son programme, Ghost song, elle convoque les fantômes des rendez-vous manqués, les souvenirs persistants, dans un cycle de chansons très personnelles, mais aussi des reprises signées Kurt Weil, Harold Arlen ou encore Kate Bush. Deux jours plus tard, deux autres chanteuses occuperont le Labyrinthe Miro de la Fondation Maeght pour un voyage dans les îles caribéennes : Ana Carla Maza, d’origine cubaine, use de son violoncelle pour croiser bossa nova et habanera. Sélène Saint Aimé, pour sa part, donne toute sa mesure à la contrebasse, instrument qui rythme la musique traditionnelle martiniquaise qu’elle recrée à sa façon. Ensemble, elles feront vibrer archet et cordes vocales au rythme de Boris Reine-Adelaïde, grand maitre du tambour bélé et d’Irving Acao au saxophone ténor.

Le 27 juillet, retour à la musique chambre grâce au duo formé par les frères Fouchenneret, Pierre au violon et Théo au piano, deux complices de toujours rejoints par la toute jeune lauréate du concours Scriabine, Stella Almondo. Ces trois enfants du pays mêleront Scriabine, Fauré et Schumann. Après un récital du pianiste Nicolaï Lugansky, le 29 juillet, consacré à Beethoven, Medner et Rachmaninov, maitre du post-romantisme russe qu’il côtoie depuis plus de 30 ans, le festival se conclura avec les patrons, le Quatuor Modigliani, et la pianiste italienne Beatrice Rana qui se retrouvent une fois de plus pour associer leur délicatesse et leur flamme dans le fougueux quintette de Chostakovitch, cerise sur le programme de cet ultime concert, le 31 juillet.

23 au 31 juil, Palce de la Courtine & Fondation Maeght, Saint-Paul de Vence. Rens : festivalsaintpauldevence

photo : Jazz à la Fondation Maeght © DR

Tags: