Fantastique Monsieur Berlioz

Fantastique Monsieur Berlioz

C’est un thème bien original que celui choisi pour une partie de sa saison par l’Orchestre National de Cannes, celui de la folie ! Mais que l’on ne s’y trompe pas : sous cette appellation, il sera plutôt question, en musique, de cet élan créatif parfois difficile à comprendre, à cerner, qui s’empare sous différentes formes de celui qui compose…

C’est le cas pour Hector Berlioz qui trouva l’inspiration, pour son œuvre emblématique La Symphonie fantastique, après avoir assisté à une représentation de Hamlet, la pièce de William Shakespeare, dans laquelle jouait celle qui deviendra sa première femme, l’Irlandaise Harriet Simpson. Est-ce l’amour qui le transporte et lui inspire le leitmotiv qui traverse toute la pièce ? Est-ce la langue, l’intrigue de la pièce qui finissent par devenir une « idée fixe » ? Nul ne sait vraiment ce qui se passe dans l’esprit d’un créateur, mais c’est dans une sorte de transe obsessionnelle, peuplée de visions, qu’il écrit en quelques nuits (dit la légende) la symphonie la plus révolutionnaire de l’époque, une œuvre qui s’affranchit des codes et traverse le temps avec la même puissance.

On comprend que dans cette œuvre et en particulier son dernier mouvement, la danse macabre ait été choisie par la Cie Les Clefs de l’écoute pour faire découvrir la musique de Berlioz à un large public. Fondée par la musicologue et compositrice Géraldine Aliberti, qui en est la directrice artistique passionnée de transmission, la compagnie parisienne utilise les moyens modernes de médiation, supports visuels, mise en scène, chorégraphies, arts plastiques … pour imaginer des spectacles très originaux dont la scénographie décrypte la musique classique. Son spectacle, Berlioz Trip Orchestra, entraine le public dans la tête de Berlioz, interprété magistralement par le comédien Régis Boyer, et lui fait assister à la naissance de ses idées musicales : on y voit défiler, par un jeu de lumières créé par Grégoire de Lafond, et grâce à des images pleines de mystère, ses fantômes, ses fantasmes, jusqu’à ce que retentisse le Songe d’une nuit de sabbat, véritable délire musical et fantasmagorique.

Le spectacle, déjà donné par plusieurs orchestres a connu un grand succès. Gageons qu’à l’auditorium des Arlucs à Cannes la Bocca, les 27 et 29 janvier 2023, sous la baguette de Benjamin Levy, son directeur musical, l’Orchestre national de Cannes emportera son public, tous âges confondus, dans un monde musical vraiment fantastique.

27 jan 20h, 29 jan 11h, Auditorium des Arlucs, Cannes. Rens: orchestre-cannes.com

photo : Berlioz Trip Orchestra © Arnaud Kehon

Tags: