Au cœur de l’Inde contemporaine

Au cœur de l’Inde contemporaine

Cette année, le Musée départemental des arts asiatiques de Nice accueille deux expositions invitant à un voyage immersif dans la culture indienne mêlant photographie, sculpture et peinture.

L’art contemporain indien constitue une expression dynamique et vivante du riche héritage culturel de son Pays, et le photographe Mahesh Shantaram, reconnu pour son style documentaire critique et éclairé, a choisi de se focaliser sur les mécanismes complexes de sa société actuelle. Son exposition Face à l’Inde, présentée du 26 juin au 30 septembre, a pour objectif de mettre en avant une représentation plus juste de son pays, en soumettant au public une série de portraits de concitoyens originaires de tous milieux sociaux. Le photographe souhaite par-là casser l’image d’une Inde parfois fantasmée, en capturant et en mettant en avant des aspects trop souvent ignorés ou cachés de la société indienne. À titre d’exemple, sa série The African Portraits explore la vie des Africains en Inde, révélant les défis et le racisme auxquels ils sont confrontés.

La seconde exposition, To whom the bird should speak?, met quant à elle en avant la disparition de la langue aka-bo également connue sous le nom de chant des oiseaux, parlée par la tribu Bo. Sa dernière locutrice Boa Sr, est décédée en 2010 sur sa terre natale aux îles d’Andaman en Inde. L’artiste Manish Pushkale, résolument tourné vers l’abstraction, a été influencé par de grands maîtres de la peinture indienne, tels que Sayed Haider Raza (1922-2016). Son travail, profondément ancré dans des thèmes spirituels et philosophiques, met en avant à travers cette exposition, la disparition des cultures autochtones. Parmi les œuvres visibles, une installation transpose visuellement et abstraitement la langue aka-bo à travers un dédale de paravents de 3 mètres de hauteur sur 19 mètres de long ! Visible jusqu’au 28 août, l’exposition offre ainsi une réflexion profonde sur la disparition des langues et des cultures autochtones, invitant les spectateurs à une expérience sensorielle et intellectuelle. 

Face à l’Inde, jusqu’au 30 sep • To whom the bird should speak?, jusqu’au 28 août. Musée des arts asiatiques, Nice. Rens: maa.departement06.fr

photo : Mahesh Shantaram, Hong Kong, 2017 © Mahesh Shantaram