La céramique, urbi et orbi…

La céramique, urbi et orbi…

26e édition pour la Biennale Internationale de Vallauris, qui témoigne plus que jamais de la richesse et du renouveau de la création contemporaine et céramique. Du 6 juillet au 30 septembre, le Musée Magnelli, musée de la céramique réunira 35 œuvres réalisées par 25 artistes représentant 14 nationalités différentes.

Issue d’un appel à candidatures ouvert, la sélection resserrée de ces artistes par un jury composé de professionnels du monde de la céramique et de l’art révèle une disparité des approches, des trajectoires, des expressions. Pourtant, des fils se tissent entre les œuvres, que les visiteurs sont invités à explorer au travers d’un parcours d’exposition rythmé en trois thématiques distinctes.

Le premier chapitre abordera la mémoire, l’héritage de la céramique, celui des gestes et des techniques, dans lesquels les artistes puisent une source inépuisable d’inspiration, se réappropriant des procédés anciens pour mieux investir un langage plastique contemporain. Cette mémoire, conservée dans les objets du quotidien, interrogera les liens tissés entre passé et présent.

Le deuxième volet de l’exposition, hybridité, donnera à voir des œuvres fusionnant différentes techniques et matériaux qui s’entremêlent pour former de nouvelles esthétiques, questionnant les frontières traditionnelles de l’art et l’artisanat. Entre pratique ancestrale de la céramique et technologies les plus modernes comme l’impression 3D et l’intelligence artificielle, les artistes présentés interpelleront notre imaginaire.

Enfin, les créations données à découvrir dans la section Résonances feront écho aux préoccupations écologiques, religieuses et politiques actuelles. Dans un monde en mutation, les artistes se font ici les témoins privilégiés des bouleversements auxquels tous les individus sont confrontés et, en conséquence, des défis à relever.

6 juil au 30 sep, Musée Magnelli, musée de la céramique, Vallauris. Rens: FB BiennaleInternationaleVallauris

photo : oeuvre de Marc Alberghina © Sylvain Deleu