L’aquarelle dans tous ses éclats !

L’aquarelle dans tous ses éclats !

Précieuse, délicate, fragile, gracile, l’aquarelle est souvent perçue comme une technique secondaire, car peu capable de rivaliser avec la puissance de la peinture à l’huile. L’exposition De Delacroix à Signac, L’aquarelle dans tous ses éclats, visible actuellement au Musée d’art de Toulon, va tenter de prouver le contraire.

résentée jusqu’au 6 octobre, cette exposition cherche à révéler l’importance de l’aquarelle au sein de l’histoire de l’art du XIXe au début du XXe siècle. La mise en lumière récente de cette technique a permis de souligner ses qualités propres, accompagnant et sublimant les œuvres picturales du siècle. D’abord cantonnée à la sphère privée de l’atelier, car moyen d’étude ou sujet de fantaisie, cette technique artistique devient un genre en soi, aussi digne que la peinture à l’huile.  

De Delacroix à Signac, L’aquarelle dans tous ses éclats en dévoile les multiples facettes grâce au soutien et aux prêts de nombreuses institutions muséales parisiennes et provinciales. Indispensable, elle présente des œuvres inédites, exceptionnellement réunies et peu exposées pour des raisons de conservation. Son parcours est divisé en quatre sections chronologiques et thématiques, permettant au visiteur de découvrir l’évolution de cette pratique. D’abord, le visiteur est invité à contempler l’aquarelle chez les artistes classiques et romantiques, après le Salon officiel de 1824 (exposition biennale de l’Académie royale de peinture et de sculpture) qui pousse Eugène Delacroix à expérimenter cette technique, notamment lors de ses voyages au Maroc en 1832. Cela donneras lieu à des carnets de voyage à la qualité inestimable. 

Puis, l’exposition explore l’avènement de l’aquarelle en plein air, par des artistes tels que Eugène Boudin et Johan Barthold Jongkind, inexorablement attirés par les horizons du ciel, les falaises déchirées et les vagues houleuses de la Manche. Les impressionnistes feront d’ailleurs de la Normandie leur terrain d’expérimentation privilégié. Leur palette lumineuse croque les changements de l’environnement, les scènes quotidiennes normandes et les loisirs de bord de mer. Le parcours de l’exposition fait aussi une halte dans le Sud, afin de mettre en lumière les pigments de Félix Ziem, artiste marseillais d’adoption qui n’a de cesse de dessiner son environnement, inspiré par les vues pittoresques et les embruns qui s’offrent à lui. 

Enfin, l’aquarelle est abordée du point de vue des innovations picturales de la fin du XIXe siècle, soit de l’école moderne. L’aquarelle est alors utilisée dans toutes ses potentialités : alchimie de la couleur et de l’eau, juxtaposition des touches, réserve du papier… Paul Signac et Henri-Edmond Cross utilisent abondamment cette technique, inspirés par Pissarro et autres artistes aux influences méditerranéennes. Vous avez donc là un parcours complet décrivant les différentes étapes qui ont conduit l’aquarelle sur les cimaises de l’histoire de l’art ! 

Jusqu’au 6 oct, Musée d’Art de Toulon. Rens: toulon.fr

photo : Henri-Edmond Cross Bateaux amarrés (Cap Nègre) ca 1905-1908. Aquarelle sur papier, 29,5x46cm. Collection particulière © Galerie de la Présidence