De l’importance de la proximité

De l’importance de la proximité

La crise du Covid nous a rendu très dépendant des réseaux sociaux, mais aussi de la presse quotidienne locale et de la petite fenêtre sur le monde qui reste, pour bon nombre, la principale source d’information : la télévision.

Une distorsion est apparue entre la manière de traiter cette crise sanitaire au national et au local. C’est LA révélation de cette crise : l’importance de la proximité, mais aussi de la solidarité et de la diversité. C’est donc pour rendre hommage au travail des deux médias généralistes locaux les plus importants que nous avons voulu savoir comment ils avaient su réagir plus efficacement que leurs équivalents nationaux, en rencontrant Olivier Théron (Directeur de la Rédaction de France 3 Côte d’Azur) et Denis Carreaux (Directeur des rédactions du groupe Nice Matin).

Garder le lien

Préserver le lien avec les lecteurs et les téléspectateurs fut la principale urgence pour Nice Matin et France 3 Côte d’Azur. La stratégie de Nice Matin fut de mettre en place plusieurs équipes indépendantes pour que le journal puisse sortir sans se croiser ; de regrouper les éditions locales par département pour assurer production et distribution. Dans cette lutte, le rôle des porteurs de presse et des revendeurs a été prépondérant comme nous l’a déclaré Denis Carreaux. Pour France 3 Côte d’Azur, les priorités furent de mettre à l’abri le plus de collaborateurs, tout en gardant au maximum le lien avec les téléspectateurs, et mettre en oeuvre de nouvelles façons de travailler, nous a expliqué Olivier Théron. La première décision de la direction régionale, et de sa responsable Isabelle Staes, fut d’installer une antenne commune, de mutualiser les sujets et les journaux avec France 3 Provence Alpes. Cette stratégie s’est prolongée, on l’a vu. Pour préserver le personnel, le télétravail a été développé, en veillant tout de même à conserver une proximité avec le terrain, avec la “vraie vie”. Des monteurs sont ainsi parvenus à travailler de chez eux, une prouesse technique ! Les journalistes ont employé des logiciels comme Zoom ou Skype pour les interviews. Il faut savoir que dans les premiers temps, les interviewés se filmaient avec leurs propres portables pour raconter leurs confinements, leurs difficultés.

La presse locale plus efficace que la presse nationale ?

Faisant référence à la distorsion évidente entre les informations nationales et les régionales, Olivier Theron pense notamment au “vibrant” exemple du Pr Raoult. Il est vrai que France 3 Provence Alpes avait déjà réalisé un documentaire de 26 minutes sur l’IHU et son leader. On savait qu’il ne racontait pas n’importe quoi et l’importance et le sérieux de ses travaux avant que n’arrive la Covid-19. Marseille étant la grande ville où il y a eu le moins de décès, les informations venant de l’extérieur démontraient qu’il n’y avait qu’une solution : tester. Sans tomber dans l’angélisme et dans le suivisme total par rapport à ses propos, quelquefois maladroits, une réalité objective leur est apparue : il a simplement transformé Marseille en “la ville la plus testée de France”, où le nombre de morts était le plus faible parmi les grandes villes françaises.

Pour Denis Carreaux, si le traitement de la crise était bien entendu une priorité, il devait l’être sous toutes les formes possible, car “si la vie culturelle et sportive s’était arrêtée, la vie ne s’était pas arrêtée pour autant“. Il y a eu par exemple énormément d’actions de solidarités. Pour les couvrir, beaucoup étant en télétravail, le choix fut pris de conserver sur le terrain quelques rédacteurs et photographes. “Globalement, on a vu que la presse quotidienne régionale trouvait tout son intérêt et tout son sens en cette période. Les gens avaient tout particulièrement besoin d’une information locale complète, fiable, rigoureuse, et je pense que l’on a tous été au rendez-vous de ce côté-là“, a estimé Denis Carreau.

De nouvelles façon de travailler

Pour France 3, une révolution dans les processus de production s’est produite. Par exemple : filmer avec un portable n’est pas prévu par la convention collective. Il est vrai que l’on peut se demander si ces innovations ne vont pas supprimer des emplois. L’utilisation de logiciels comme Zoom ou Skype, le montage fait à la maison, etc., sont autant de questions qui trouveront des solutions en concertation avec la direction nationale, régionale et les syndicats.

D’ailleurs, une grande enquête nationale au sein de France TV au sujet des nouvelles pratiques servira de réflexion pour cette grand-messe qui aura lieu à l’automne. “Nous devons être la référence en information du service public de proximité. Nous devons être les garants d’une information vérifiée, mais aussi les garants d’une qualité formelle et d’image. Ce qui a été tenté pendant cette crise ne pourra se poursuivre que s’il y a eu validation, à la fois éditoriale et formelle, sur tous ces points pour pouvoir être mis en pratique.” D’ailleurs, le déconfinement les a vite rappelés aux contraintes du service public avec l’organisation des débats pour le deuxième tour de la campagne des municipales et les problèmes de réalisation qu’elle a posée. Un préavis de grève a d’ailleurs été déposé pour le rejet de l’utilisation de réalisateurs extérieurs sur ces débats, mais peut-être aussi pour l’inquiétude provoquée par les modifications de traitement de l’information entraînées par les mesures sanitaires. Ces “innovations” pouvant, il est vrai, être un danger pour certains postes de travail…

Pour Denis Carreaux, à Nice Matin, il faut garder le meilleur de ce que l’on peut retenir de la crise comme le télétravail, sans pour autant tomber dans l’excès inverse. Car il est hors de question, pour lui, d’abandonner le maillage d’agences, l’implantation dans le territoire. Bien au contraire, il considère qu’il faut être d’autant plus présent. Pour lui, cette crise a révélé qu’il était possible de faire autrement et que c’était plus facile. La rédaction tente donc de garder le positif, mais a aussi pris en compte les demandes des lecteurs et des internautes. “Ils apprécient d’avoir un traitement peut-être plus qualitatif de l’info, avec davantage de réflexion, davantage de travail sur les angles, sur les modes de traitement de l’information. C’est quelque part réinventer la proximité. Et la proximité, ce n’est pas uniquement savoir ce qui se passe à côté de chez moi, qui concerne les habitants de mon quartier, c’est aussi ce qui se passe dans mon département, ma région, les solidarités, les initiatives, et on a vu que ces sujets-là intéressaient vraiment les gens.”

Rens : nicematin.com & france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur
Retrouvez toutes nos vidéos sur la chaîne Youtube Tv Citta