Ascension pour l’échafaud : ne perdons pas la tête

Ascension pour l’échafaud : ne perdons pas la tête

Nous vous invitons à découvrir ce clip du duo Ascension pour l’échafaud : Il a bon dos l’ Covid. Témoin de l’époque que nous traversons, que nous subissons, il a le charme et l’insolence des inventaires 60’s à la Dutronc avec une bande-son “updatée” au swing jazzy, des paroles explicites interprétées avec ce fameux parlé-chanté cher à Gainsbourg.

D’ailleurs le nom de ce duo, Ascension pour l’échafaud, n’est-il pas un hommage à peine voilé à la bande originale du film de Louis Malle composée par Miles Davis, le fameux Ascenseur pour l’échafaud. L’humour énervera certainement les totalitaires et les velléitaires de tous bords : intégristes de toutes religions, fascistes, lobbyistes, racistes, sexistes, racialistes, sectaires, illuminés… Face à la montée de violence, à l’affairisme, au conspirationnisme, comme le disent ces musiciens : on va TOUS se faire niquer… Car en fait, comment ce maelström va-t-il finir ? Par une guerre ? Une guerre inter-éthnique ? Ou plutôt, une guerre bactériologique ou virale ? Sommes-nous prêts ? Je plaisante…

La confusion et la misère, l’oppression et les émeutes, tout est là pour nous livrer un remake de 39. On sait comment va se finir tout ça, avec des victimes innocentes. Malades, vieux et enfants viendront grossir le nombre des victimes de la folie des hommes comme chaque fois que l’humain lâche les chevaux de l’égoïsme et de la colère. Dans ce genre d’engrenage, personne ne sort gagnant. Mais il semblerait que depuis l’Antiquité les « 1% » régulent la population humaine grâce aux guerres. Il suffit de mettre un peu d’huile sur le feu, ça marche à tous les coups : Pascal Praud et Zemmour sont là pour le prouver ! CNews n’a jamais aussi bien marché que depuis qu’on y diffuse des propos dignes de l’horrible Jacques Doriot.

Alors qui sont ces deux musiciens mystérieux, co-auteurs et co-compositeurs, originaires de Basse-Normandie : LOL Rohner est batteur, touchant à beaucoup d’instruments, et Ben, l’interprète et le personnage que vous voyez sur la vidéo, est chanteur, pianiste, trompettiste (bugliste) et accordéoniste. Si le premier est plus radical et vient de l’alternatif, le second est plus rond, parvenant ainsi à préserver l’énergie de son compère tout en produisant une musique plus lisible, plus souple, plus insinuante de sorte que le message passe mieux. Un peu comme les couvertures de LA STRADA, ce titre et son clip « emballent » dans du rose bonbon une vision du monde assez « difficile ». Mais l’humour, le son sucré et, tout compte fait, l’insolence font le reste et donnent toute son efficacité à ce véritable poème musical.