Le Théâtre de Grasse a soif de rencontres

Le Théâtre de Grasse a soif de rencontres

Après l’épisode dramatique, voire traumatisant pour certains, que nous venons de vivre, le Théâtre de Grasse et son directeur Jean Florès, étaient impatients de retrouver le public. C’est donc une saison culturelle originale à plus d’un titre qu’ils ont conçu durant ces derniers mois.

La première chose que l’on remarque, c’est leur impatience de retrouver la scène. Si les saisons culturelles reprennent traditionnellement à la rentrée en septembre, le Théâtre de Grasse a choisi de donner rendez-vous au public dès le 4 juillet. Basée en partie à Bar-sur-Loup, et fondée par les frères Haffner, Alexandre et Stéphane, la Cie Les Farfadais imagine depuis 1998 un cirque nouveau et féerique. C’est elle qui a offert le show d’ouverture, Euphoria, au public du Cours Honoré Cresp. Littéralement offert, puisque les 5 spectacles qui composent la période estivale du Théâtre de Grasse sont complètement gra tuits.

Programmation “corona-compatible”

En concertation avec les élus du pays grassois et quelques artistes de la région, à la renommée nationale, voire internationale, Jean Florès et son équipe ont ainsi choisi “d’arroser” le territoire de leur savoir-faire. Ces spectacles se dérouleront en extérieur (par mesure de sécurité sanitaire), en grande partie à Grasse, mais aussi à Cabris, Saint-Auban et Mouans-Sartoux. On y retrouvera les danseurs hip-hop de la Cie Bakhus, dans Des-unis chorégraphié par Sami Loviat-Tapie, une réinterprétation du Bateau ivre de Rimbaud par la Cie Hors Surface, dans un Boat acrobatique et musical de haut vol, mais aussi de la commedia dell’arte avec la Cie Prisma Teatro. Après Scaramuccia et Les Oiseaux, la jeune troupe formée par Carlo Boso présentera La Serenata, en clôture de l’été.

Mais le “temps fort” sera sans aucun doute Les Curieux : peep show pour tous. Oui, oui, des peep show ! Pour tous ! Rassurez-vous (ou dommage, question de point de vue), point d’effeuillages et autres spectacles exclusivement pour adultes que l’on a l’habitude d’associer à ce type de spectacle, mais le concept reste le même : à savoir, profiter d’un show au travers d’une petite lucarne… tout seul. Une proposition artistique 100% “corona-compatible”, indique Jean Florès. Installée sur le Cours Honoré Cresp, la structure imaginée, dessinée et construite à Grasse, permettra à 28 “voyeurs” par séance d’assister à une succession de 3 performances artistiques. Danse, cirque, théâtre ou musique, chaque jour sera différent. Au programme : Delphine Pouilly, Berangère Andréo, Hugo Musella, Emilie Pirdas, Jeff Bizieau, Lisie Philip, Marjolaine Alziary, Paulo Perelsztein, Wanda Mañas, Maria del Mar Reyes et Hugo Ragetly !

Une demi-saison, mais de grands moments

La deuxième chose que l’on remarque à la vue du programme de cette nouvelle saison, c’est qu’elle s’arrête le 20 décembre. Il convient donc de parler de “demi-saison”. La seconde partie sera communiquée prochainement en fonction de l’évolution des “ordres de Paris“, selon les mots de Jean Florès. Contrairement à la période estivale, cet automne, il faudra ici sortir le porte-monnaie (faut pas déconner non plus). En revanche, le Théâtre de Grasse continuera “d’oeuvrer artistiquement et en solidarité territoriale” avec des 10 spectacles sur tout le pays grassois entre septembre et décembre 2020.

Dans la lignée des Curieux : peep show pour tous, et leur dispositif scénique plus qu’original, poursuivons avec le spectacle qui lancera cette période automnale : Jean-Pierre Lui, Moi, de et avec Thierry Combe. C’est en extérieur, au coeur d’une palissade circulaire, que le comédien abordera, avec énergie et humour, un sujet sensible : le handicap de son grand-frère, Jean-Pierre, qu’il décrit comme “extra-ordinaire”. Déficience intellectuelle, trouble du langage, pied-bot… Ce n’est pas la franche rigolade, me direz-vous ! Et pourtant, de l’émotion au rire, de l’autobiographie à la chronique sociale, le comédien, seul en scène, interprète tous les rôles (famille, amis, corps médical) pour proposer un témoignage espiègle et décapant…

Autre grand moment de théâtre attendu : Fracasse. Jean-Christophe Hembert, notoirement connu pour son rôle de Karadoc dans la série Kaamelott, et complice d’Alexandre Astier, depuis près de 20 ans à la télévision, au cinéma et au théâtre, adapte le chef-d’oeuvre de Théophile Gautier ! Une flamboyante histoire de cape et d’épée au casting 3 étoiles : David Ayala et Bruno Bayeux, croisent ainsi quelques “héros” de Kaamelott comme Jacques Chambon (Merlin), Thomas Cousseau (Lancelot) ou encore Loïc Varraut (Venec).

On croisera aussi Niels Arestrup (Rouge), Bruno Putzulu (Les Ritals), le duo Adrien M & Claire B, qui mêle habilement danse et arts visuels dans leur création Acqua Alta – Noir d’encre, Catherine Germain, qui interprète depuis plus de 20 ans le rôle du clown Arletti dans 6e Jour, et le spectacle Les Rois Vagabonds, avec un Concerto pour deux clowns singulier. Un peu de musique justement enrobera le tout, avec Kyle Eastwood, Souad Massi ou encore David Bismuth, dans la création Beethoven 250, en collaboration avec les Solistes de l’Orchestre Prométhée.

Rens: theatredegrasse.com